Dimanche matin, le premier ministre canadien Justin Trudeau a écrit sur Twitter au comédien Trevor Noah, l’animateur du concert-bénéfice Global Citizen : Mandela 100, pour lui annoncer que le Canada verserait 50 millions $ à l’organisme Education Cannot Wait.

Trudeau critiqué pour avoir annoncé un engagement de 50 millions$ sur Twitter

OTTAWA — Le Canada versera 50 millions $ à un organisme de développement international voué à l’éducation des enfants en situation de conflits armés et de crises humanitaires, et le premier ministre Justin Trudeau l’a d’abord annoncé sur Twitter au comédien Trevor Noah, une initiative qui a rapidement attiré des critiques au pays, aussi bien sur le contenu que sur la forme.

Des célébrités comme Beyoncé, Pharrell Williams ou Oprah Winfrey étaient rassemblées dimanche à Johannesburg, en Afrique du Sud, pour le gala «Global Citizen: Mandela 100», un concert-bénéfice soulignant le centième anniversaire de naissance de Nelson Mandela. L’organisme Global Citizen veut mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici 2030, et sa campagne «Mandela 100» visait à recueillir un milliard de dollars américains de dons: les organisateurs ont annoncé que la campagne avait récolté plus de 7 milliards $ US.

M. Trudeau a écrit dimanche sur Twitter au comédien Trevor Noah, l’animateur du concert-bénéfice, pour lui annoncer que le Canada verserait 50 millions $ à l’organisme Education Cannot Wait (L’éducation n’attend pas), voué à la scolarisation des enfants touchés par les conflits, les catastrophes naturelles et autres crises humanitaires.

«Merci, @Trevornoah, de célébrer l’héritage de Nelson Mandela au festival de @GlblCtzn», a écrit M. Trudeau dimanche matin. «Je regrette de ne pouvoir être là, mais que dirais-tu si le Canada versait une contribution de 50 M$ à @EduCannotWait pour appuyer l’éducation des femmes et des filles partout dans le monde?»

L’animateur du «Daily Show», lui-même d’origine sud-africaine, a lancé «C’est incroyable!» lorsque le message de M. Trudeau a été projeté sur grand écran lors du concert-bénéfice à Johannesburg. Mais au Canada, les commentaires n’étaient pas toujours aussi enthousiastes. Le chef conservateur, Andrew Scheer, a accusé M. Trudeau d’avoir promis 50 millions $ sur Twitter pour impressionner une vedette de la télévision.

«Les contribuables ont besoin d’un défenseur et non de quelqu’un qui dépense pour devenir populaire auprès des célébrités, a écrit M. Scheer sur le même réseau social. C’est comme ça que les déficits deviennent massifs et permanents.» De même, la députée conservatrice Michelle Rempel a accusé le premier ministre d’être totalement déconnecté de la réalité. Elle a aussi soutenu que cette contribution n’avait pas été budgétée.

Une enveloppe déjà prévue

Louis Bélanger, directeur des communications de la ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau, a toutefois indiqué que ces 50 millions $ faisaient partie de l’aide de 400 millions $ déjà annoncée lors du Sommet du G7 dans Charlevoix, en juin. Selon M. Bélanger, l’organisme Education Cannot Wait est l’un des deux seuls à se consacrer spécifiquement à l’éducation des filles dans des endroits comme des camps de réfugiés et des zones de guerre. «C’est le type de financement auquel nous songions déjà depuis que nous avons annoncé au G7» l’aide de 400 millions $, a-t-il déclaré.

M. Bélanger a expliqué que la décision d’annoncer cette contribution de 50 millions $ avait été prise il y a trois semaines, mais il soutient que les responsables canadiens évoquaient cette initiative depuis des mois. Il a ajouté que l’organisme était actif en Jordanie, au Liban et au Soudan du Sud, ainsi que dans des camps de personnes déplacées, par exemple à cause du groupe terroriste Boko Haram en Afrique de l’Ouest. «Nous croyons qu’il est important que les filles poursuivent leurs études et c’est pourquoi nous allons de l’avant», a déclaré M. Bélanger.

Le secrétaire principal de M. Trudeau, Gerald Butts, s’est lui aussi tourné vers Twitter pour défendre cette décision. «Cet argent permettra d’éduquer les femmes et les filles des pays en développement, en commémoration du centenaire de Nelson Mandela», a-t-il écrit, en relayant de façon ironique la réaction du chef du Parti conservateur à cette initiative.

L’avocat torontois et ancien membre du personnel politique libéral Warren Kinsella a qualifié l’organisme Education Cannot Wait de cause noble, mais il estime que M. Trudeau a été très malhabile de communiquer sa décision sur Twitter, «qui plus est à un animateur de télévision aux États-Unis».

Série de vols

Par ailleurs, le concert-bénéfice de dimanche a été assombri par une série de vols perpétrés contre des spectateurs qui quittaient le stade après le spectacle.

Plusieurs Sud-Africains ont été choqués par les témoignages racontant comment des voleurs ont attaqué les festivaliers, même dans un pays où le taux de criminalité est élevé.

«Les criminels s’en sont donné à coeur joie», a raconté Zikhona Tshona, une journaliste pour l’organisation sud-africaine eNCA. Elle a ajouté que des hommes menaçants avaient gardé un contact visuel avec certains des spectateurs, comme pour leur dire: «Vous pourriez être le prochain», et aucun policier ne semblait être sur les lieux.

«Des gens se sont fait voler leur sac, d’autres ont perdu leur téléphone, des gens se battent près de nous en attendant un Uber», a décrit un festivalier dans une vidéo publiée sur YouTube. Il a ajouté qu’une émeute avait éclaté lorsqu’une personne a sorti une arme à feu.

Le concert mettait notamment en vedette Beyoncé, Jay-Z, Usher, Pharrell Williams et Oprah Winfrey.