Justin Trudeau a fait face à de la contestation, vendredi, à Nanaimo, en Colombie-Britannique.

Trudeau chahuté en tentant de défendre le pipeline Trans Mountain

Le premier ministre Justin Trudeau a prononcé un discours sous des huées lors d'une assemblée citoyenne qui se déroulait vendredi à Nanaimo, en Colombie-Britannique, et qui portait notamment sur l'expansion du pipeline Trans Mountain.

M. Trudeau a soutenu que son gouvernement a le devoir de promouvoir, de manière conjointe, la protection de l'environnement et le développement économique. Il a expliqué que c'est cette vision qui a guidé les libéraux lorsqu'ils ont décidé d'autoriser le projet de Kinder Morgan.

Le premier ministre a souligné que le pipeline est une composante clé de la démarche de son gouvernement pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre (GES). Il a ajouté que cela signifie qu'Ottawa a dû mettre en place une tarification du carbone pour permettre au Canada d'atteindre ses cibles en matière de réduction des GES.

«Mais pour parvenir à cela, l'approbation du pipeline de Kinder Morgan nous offre la possibilité d'aller de l'avant, en permettant d'acheminer nos ressources de manière responsable et sécuritaire vers d'autres marchés de l'autre côté du Pacifique», a-t-il expliqué. M. Trudeau a ajouté que le Plan de protection des océans de son gouvernement assurera une meilleure prévention des marées noires.

«C'est dans l'intérêt national d'aller de l'avant avec le pipeline de Kinder Morgan, et nous allons aller de l'avant avec le pipeline de Kinder Morgan», a-t-il dit.

Un spectateur en colère s'est adressé à Justin Trudeau.

L'assemblée citoyenne a été tumultueuse. Le premier ministre a fait face à un mélange d'applaudissements et de huées à son arrivée. Lorsqu'il a abordé le sujet du pipeline, il a été interrompu à des nombreuses reprises. M. Trudeau a laissé transparaître son exaspération à un certain moment en s'exclamant: «Mais voyons! Voyons! Vraiment?».

«Si vous ne pouvez pas respecter les gens qui se trouvent dans cette pièce, alors vous devez partir», a-t-il lancé avant de demander à la police de faire sortir les protestataires. Des agents ont alors conduit vers la sortie un homme et une femme pendant qu'une autre personne criait: «Vous devriez avoir honte, Trudeau.»

Une femme est expulsée de la rencontre.

La rencontre a eu lieu dans un gymnase bondé à l'Université de l'île de Vancouver, pendant que plusieurs personnes manifestaient à l'extérieur en arborant des pancartes contre le pipeline. La Colombie-Britannique a annoncé, plus tôt cette semaine, son intention d'interdire la hausse des exportations de bitume dilué tant que la province n'aura pas la garantie que les expéditeurs ont la capacité de nettoyer un déversement convenablement.

La première ministre albertaine Rachel Notley a qualifié cette mesure d'une tentative inconstitutionnelle pour contourner l'approbation par le gouvernement fédéral du projet de Kinder Morgan, qui permettra de tripler la capacité du pipeline et de faire passer le nombre de pétroliers dans le détroit de Georgia de 5 à 34 par mois.

+

Trudeau doute qu’il retournera habiter au 24, promenade Sussex

Le premier ministre doute que sa famille et lui aillent habiter au 24, promenade Sussex durant son mandat compte tenu des réparations considérables qui doivent être faites à la résidence officielle du premier ministre du Canada, à Ottawa.

L’édifice est en très mauvais état.

Le premier ministre a vécu dans cette maison lorsque son père, Pierre-Elliott Trudeau, dirigeait le gouvernement du Canada.

En entrevue à la radio de langue anglaise de Radio-Canada, Justin Trudeau a dit croire que l’une des raisons pour lesquelles cette maison tombe en ruines est que depuis plusieurs années, aucun premier ministre n’a voulu dépenser de l’argent des contribuables pour son entretien.

Depuis qu’il est premier ministre, M. Trudeau vit à Rideau Cottage, une maison adjacente à Rideau Hall, la résidence officielle de la gouverneure générale, Julie Payette.