Le Casino de Charlevoix fermera ses portes du 3 au 11 juin. Il sera transformé en centre des médias durant le Sommet du G7.

Sommet du G7: Ottawa se paye le Casino de Charlevoix

Le gouvernement fédéral et Loto-Québec ont conclu une entente financière afin de compenser les pertes importantes que subira le Casino de Charlevoix, forcé de fermer ses portes du 3 au 11 juin pour laisser place aux activités du Sommet du G7.

«Une entente de location du Casino de Charlevoix a été conclue», nous confirme Marc Giasson, conseiller en communication et ressources humaines pour l’établissement de La Malbaie. Comme le voulait la rumeur relayée notamment par la station charlevoisienne CIHO FM, les machines à sous et tables de jeu laisseront place à des reporters.

«Le Casino de Charlevoix est très fier de collaborer à la tenue du Sommet du G7, en faisant office de centre secondaire des médias pour les besoins de l’événement, en complément au centre principal des médias, lequel sera aménagé au Centre des congrès de Québec. Il s’agira donc d’un espace de travail donnant accès au cœur de l’événement aux représentants des médias accrédités.»

Quelque 2000 journalistes seront regroupés dans la capitale pour suivre de loin la rencontre. Mais un petit groupe d’émissaires médiatiques seront envoyés sur place pour recueillir des informations, prendre des photos, filmer des conférences. Matériel qu’ils partageront ensuite avec leurs collègues de Québec.

Voisin du Manoir Richelieu, lieu principal de l’événement qui regroupera les dirigeants de sept puissances économiques, le casino ne pourra bien sûr accueillir sa clientèle habituelle durant cette période. La faute aux «mesures de sécurité qui seront déployées sur le site de notre complexe», note M. Giasson.

Une dizaine de jours sans revenus, donc, pour la succursale de la société d’État. Manque à gagner qui sera épongé par Ottawa. «Une entente financière a été conclue entre le gouvernement du Canada et le Casino pour assurer de maintenir les effets positifs du Sommet du G7 de Charlevoix.»

Marc Giasson ne dévoilera toutefois pas les détails du contrat. «En vertu de leur caractère commercial et financier, les termes de l’entente de location du Casino de Charlevoix par le gouvernement du Canada sont de nature confidentielle.»

Il souligne cependant que les travailleurs seront dédommagés. Et que l’entreprise y trouvera son compte. «Nous pouvons tout de même préciser que la fermeture du Casino pendant cette période n’aura pas d’impact sur le traitement salarial des employés ni sur les résultats financiers de l’établissement pour ce trimestre.»

Si l’on se fie aux revenus déclarés au premier trimestre de 2017-2018, le Casino de Charlevoix avait engrangé en moyenne plus de 121 000 $ par jour durant le printemps. Le déficit causé par la dizaine de jours d’inactivité dépasse donc le million de dollars.

Au fait, Loto-Québec n’entend pas, pour l’instant, accroître l’offre à son Salon de jeux de Québec afin de pallier la fermeture de l’enseigne de La Malbaie en juin. «L’établissement [de la capitale] poursuivra ses opérations régulières pendant le Sommet du G7.»

Pas seulement le Casino

La réunion des membres du G7 ne chamboulera pas seulement les affaires du Casino de Charlevoix, mais aussi d’autres entreprises de la région. Ottawa créera d’ailleurs un fonds d’aide, explique Richard Provencher, porte-parole, communications et relations avec les médias, au Bureau de gestion des sommets. «Un programme de compensation sera mis en place, afin d’indemniser les entreprises commerciales, organismes à but non lucratif et particuliers touchés par les mesures de sécurité.»

Le G7 est composé du Canada, de la France, des États-Unis, du Royaume-Uni, de l’Allemagne, du Japon et de l’Italie. Le sommet annuel aura lieu à La Malbaie les 8 et 9 juin.

Lire aussi : Sécurité au Sommet du G7: les Suburban excédentaires seront revendus