Richard Martel a été élu député du Parti conservateur du Canada lors de l’élection partielle dans Chicoutimi-Le Fjord, en juin dernier.

Richard Martel prend du gallon

Moins de quatre mois après avoir remporté la partielle dans Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel prend du gallon au sein du Parti conservateur du Canada (PCC). Le député vient d’être nommé ministre associé responsable de la Défense nationale au sein du cabinet fantôme.

Le chef Andrew Scheer a procédé à un remaniement de son cabinet fantôme, vendredi, et Richard Martel est l’un des gagnants de cette opération. Il partagera les tâches avec son collègue James Bezan, député au Manitoba qui occupait le poste seul avant la nomination de vendredi.

«C’est une marque de confiance de notre chef Andrew Scheer et j’apprécie énormément, a partagé d’entrée de jeu Richard Martel, lorsque joint au téléphone. Je suis déjà rendu au cabinet fantôme, donc ça va assez vite présentement. C’est très intéressant.»

Richard Martel et James Bezan vont se rencontrer vendredi prochain à Ottawa afin de tracer le rôle de chacun. M. Martel devrait s’occuper des enjeux de la défense nationale à l’est du Canada et l’Ouest canadien devrait être confié à M. Bezan.

Propre à la région
Richard Martel sera donc bien placé pour épier le travail de l’actuel ministre de la Défense nationale, le libéral Harjit Singh Sajjan. Le député de Chicoutimi compte avoir un regard particulier sur la Base militaire de Bagtoville, qui est l’un «des plus grands employeurs de la région», a affirmé l’ancien entraîneur de hockey.

La question des drones militaires et le remplacement des CF-18 sont des dossiers que Richard Martel et son équipe avaient déjà commencé à regarder. Son nouveau rôle lui donnera une occasion d’approfondir sur le sujet.

«Il y a des dossiers qui traînent ici à la base et ils se sentent un peu délaissés, donc on va être présents et on s’organisera pour être très près des dossiers et des enjeux.»

Questionné à savoir s’il trouvait que son ascension au sein du Parti conservateur était pour le moins rapide, Richard Martel a surtout dit qu’il avait fait en sorte de gagner la confiance de son chef.

«Possiblement qu’ils (les membres du PCC) ont vu que j’étais un bataillant et que j’aimais l’action, a-t-il soulevé. Il faudrait peut-être leur demander, mais ils ont sûrement vu quelque chose.»

Dans le communiqué officiel, le chef du Parti conservateur Andrew Scheer a vanté les qualités de son nouveau ministre associé à la Défense nationale.

«Richard est un homme rempli de convictions et il saura les défendre avec vigueur, a exposé M. Scheer. Nous avions besoin d’un homme d’action comme Richard pour contrer l’inaction libérale dans le dossier de la Défense nationale.»

Richard Martel a reçu une première marque de confiance lors du dernier congrès conservateur, à Halifax, en étant un des députés invités à prendre la parole.

«Je suis très fier et c’est une grande marque de confiance de la part de notre chef, a-t-il laissé tomber. Je le prends et j’adore ça. À l’endroit où je me sens le mieux, c’est quand on me donne des responsabilités et qu’on m’envoie dans l’action.»