Les 10 élus de Québec solidaire prêteront mercredi les deux serments qui leur conféreront officiellement le titre de député. Ils modifieront à leur façon celui sur l’«allégeance à la reine» en y ajoutant une touche personnelle.

QS veut abolir le serment d’allégeance à la reine

Québec solidaire (QS) veut abolir le serment d’allégeance à la reine. Le parti présentera un projet de loi en ce sens lorsque l’Assemblée nationale reprendra ses travaux.

Les 10 élus de Québec solidaire prêteront mercredi les deux serments qui leur conféreront officiellement le titre de député. Ils modifieront à leur façon celui sur l’«allégeance à la reine» en y ajoutant une touche personnelle. Ils pourraient le faire précéder des mots suivants : «En attendant l’émergence d’une république libre, forgée en partenariat avec les peuples autochtones du Québec...»

Mais ce mercredi, «on va aussi s’engager à présenter un projet de loi pour abolir dans l’avenir le serment à la reine d’Angleterre», a annoncé au Soleil le député élu de la circonscription de Jean-Lesage, Sol Zanetti.

«On est très mal à l’aise avec ce rite», a confié M. Zanetti. D’abord, parce que ce serment à la chef de l’Église anglicane a été utilisé en Angleterre et dans les colonies britanniques «pour faire de la discrimination religieuse» à l’endroit des catholiques, notamment. «Il va donc contre la laïcité des institutions», a-t-il dit.

Ce malaise provient ensuite de ce qu’il est «irrespectueux» des peuples ayant subi la colonisation britannique, a enchaîné le député. «C’est une pratique qui n’a plus lieu d’être.»

Sol Zanetti espère que les autres partis soutiendront le sien dans cette voie. On peut penser que le Parti québécois suivra QS sur cette question. Mais la clé pour que ce projet de loi soit un jour adopté sera dans les mains de la Coalition avenir Québec (CAQ).

M. Zanetti a bon espoir de voir le gouvernement Legault l’évaluer d’un œil favorable. Il s’appuie sur le fait que M. Legault a présenté la CAQ comme «nationaliste» ces derniers mois et durant la campagne électorale.

Mais le Québec aurait-il le pouvoir d’abolir ce serment? «Si certains affirment qu’on n’a pas le pouvoir de l’abolir, ce n’est pas une opinion qui fait consensus», répond le solidaire.

Deux serments

Les élus de l’Assemblée nationale prêtent deux serments d’allégeance : l’un à la reine, qui a été conservé depuis la création du Canada, en 1867, et l’autre au peuple du Québec. Ils se lisent ainsi : «Je déclare solennellement que je serai fidèle et porterai vraie allégeance à Sa Majesté la reine Élisabeth II.»

«Je déclare sous serment que je serai loyal envers le peuple du Québec et que j’exercerai mes fonctions de député avec honnêteté et justice, dans le respect de la constitution du Québec.»

Contrairement au Parti libéral du Québec et à la Coalition avenir Québec, Québec solidaire et le Parti québécois feront retirer le drapeau canadien de la salle où se déroulera leur cérémonie d’assermentation, soit le Salon rouge de l’Assemblée nationale. Seul le fleurdelisé y trônera.