Manon Massé a vigoureusement critiqué l’approche des autres partis dont le gouvernement libéral qui, selon elle, «prend pour acquis» les citoyens provenant des communautés culturelles.

QS présente son plan d'intégration de la diversité culturelle

Québec solidaire (QS) a présenté dimanche son plan pour mieux intégrer dans la société québécoise les immigrants et les minorités visibles, qui sont encore trop peu présents dans la fonction publique, et dans les formations politiques, selon le parti.

«Ce n’est pas les immigrants et les immigrantes et les gens des minorités visibles, le problème. Le problème, c’est ce qu’on fait pour les intégrer», a déclaré en conférence de presse la coporte-parole de QS Manon Massé, qui était entourée de son collègue Amir Khadir et de plusieurs candidats du parti issus de la diversité.

Mme Massé a vigoureusement critiqué l’approche des autres partis dont le gouvernement libéral qui, selon elle, «prend pour acquis» les citoyens provenant des communautés culturelles.

S’il est porté au pouvoir, Québec solidaire compte mettre en place une politique en quatre volets pour améliorer l’intégration de ces individus.

Le parti souhaite d’abord forcer la fonction publique à embaucher des gens de la diversité. À terme, Québec solidaire veut que 18 % des fonctionnaires proviennent de communautés culturelles, dont 13 % des minorités visibles.

Manon Massé a pesté contre le gouvernement Couillard, qui n’a choisi que 3 % de candidats issus des minorités visibles parmi les quelque 2300 personnes qu’il a nommées depuis quatre ans.

«Il n’y a aucun autre obstacle que le choix qu’ils font. C’est eux qui décident de A à Z, a-t-elle déploré. Ça, ça parle. Ça parle d’un gouvernement qui prend ces gens-là pour acquis.»

La cible: 18% d’ici cinq ans

D’ici cinq ans, le gouvernement Couillard souhaite atteindre ces fameux 18 % de représentativité, a-t-il annoncé récemment.

Québec solidaire entend également créer des Carrefours d’accueil en immigration, qui auraient pour mission d’accueillir les nouveaux arrivants et de les orienter vers toutes les ressources à leur disposition. Ces centres, qui seraient répartis sur tout le territoire québécois, seraient aussi responsables d’attirer les immigrants en région.

Cette ressource existait auparavant — les fameux Centre d’orientation et de formation des immigrants (COFI) — et elle était nécessaire, selon Manon Massé.

«On a besoin d’avoir de la main-d’œuvre partout sur le territoire québécois, eh bien il faut le faire, ce lien-là. Ce n’est pas vrai que quand t’arrives à l’aéroport de Dorval, tu sais qu’en Côte-Nord, il y a des besoins au niveau des mines; tu sais qu’en Gaspésie, il y a des besoins au niveau de l’éolien. Il faut créer ces ponts-là», a-t-elle soutenu.

Le parti veut aussi travailler sur la francisation et la reconnaissance des diplômes — un problème difficile à régler étant donné les nombreux ordres professionnels au Québec.

Pour y arriver, le parti compte travailler avec l’Ordre des professions pour adopter un «cadre général» de reconnaissance des acquis qui s’appliquerait à toutes les professions.

Candidatures aux élections

Québec solidaire encourage par ailleurs les autres partis politiques à présenter davantage de candidats provenant des communautés culturelles. Le parti se vante d’avoir présenté jusqu’à maintenant 17 % de candidats issus de la diversité.

«Les Québécoises et Québécois issus de la diversité votent en moins grand nombre que la moyenne de la population québécoise. Une des façons d’augmenter la population électorale des communautés issues de l’immigration, c’est justement de faire en sorte que ces personnes-là soient reflétées dans la composition de l’Assemblée nationale», a déclaré Andrés Fontecilla, candidat du parti dans Laurier-Dorion et ancien président du parti.

Lors d’un conseil national il y a un an, le Parti québécois (PQ) s’était donné comme objectif de présenter 16 % de candidats issus de la diversité. Pour l’instant, sur 50 candidatures officielles, seulement quatre candidats sont issus des communautés culturelles et des minorités visibles — ce qui correspond à 8 %. Le Parti libéral du Québec (PLQ) et la Coalition avenir Québec (CAQ) ne semblent pas s’être donné de cible quant à ce type de candidatures.