Le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé

Publicité manitobaine: Bérubé rappelle la pendaison de Louis Riel

Le chef intérimaire du Parti québécois (PQ), Pascal Bérubé, n’en démord pas : le Manitoba, dont le fondateur métis a été pendu en 1885, n’a aucune leçon à donner au Québec en ce qui a trait aux droits des minorités.

En mêlée de presse à l’Assemblée nationale vendredi, il a invité les Manitobains à «regarder leur passé». Il réagissait une fois de plus à la publicité «21 raisons pour déménager au Manitoba» parue dans deux quotidiens jeudi et qui condamne la loi 21 sur la laïcité.

Cette loi, adoptée au Québec sous bâillon en juin dernier, interdit le port de signes religieux aux employés de l’État en position d’autorité, dont les enseignants.

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a expliqué en entrevue à Radio-Canada jeudi qu’il estime que les libertés religieuses sont un enjeu canadien et qu’elles sont menacées par la loi caquiste.

Le même jour, M. Bérubé avait soutenu que le coup publicitaire du Manitoba était «opportuniste» et prédit qu’il ne fonctionnera pas. «Je suis pas mal sûr que le Québec est pas mal plus attrayant que le Manitoba», avait-il lancé.

Il en a rajouté une couche vendredi. «Brian Pallister qui vient nous faire la leçon, moi, j’ai deux mots pour lui : Louis Riel. Alors avant de nous faire la leçon, je les invite à replonger dans l’histoire», a-t-il déclaré.

Louis Riel était chef métis et fondateur du Manitoba. Il a dirigé deux mouvements de résistance contre le gouvernement canadien dans le but de protéger les droits et la culture des Métis.

Il a été pendu pour trahison le 16 novembre 1885 à Regina, en Saskatchewan, et est enterré au cimetière de la cathédrale de Saint-Boniface, à Winnipeg. En 2007, la province a désigné un jour férié en son honneur.

«Le Canada, est-ce qu’il reconnaît Louis Riel? Est-ce qu’il reconnaît l’apport de Louis Riel? Je ne croirais pas, s’est emporté le chef péquiste. La Couronne britannique, c’est encore elle qui gouverne le Canada.»

Dans sa publicité, le Manitoba clame notamment avoir «la plus grande communauté francophone à l’ouest de l’Ontario». «Le Manitoba, en matière de protection des francophones et d’ouverture, peut regarder son passé», a renchéri Pascal Bérubé.