Le chef du Parti libéral du Québec Pierre Arcand a déclamé dimanche son discours de clôture du conseil général du parti, qui se tenait à Sherbrooke, en direct de Québec.

Partielle dans Jean-Talon: Pierre Arcand met le paquet

Pour l’élection partielle du 2 décembre dans Jean-Talon, à Québec, le chef libéral met le paquet afin de reprendre la seule circonscription que son parti détenait encore à l’est de Montréal. «Je ne ménage rien», assure Pierre Arcand, révélant même quelques vieux trucs du métier.

Le vote final a lieu lundi prochain. Mais déjà, une part importante de l’électorat est sortie voter ce dimanche et ce lundi, à l’occasion du vote par anticipation.

Juste dimanche, 12,29 % des électeurs de Jean-Talon ont exercé leur droit de vote. Score élevé, considérant qu’à la partielle de juin 2015 dans Jean-Talon, le taux de participation pour les deux jours de vote par anticipation avait totalisé 15,36 %. Les statistiques pour la journée de lundi seront connues mardi.

«Il y avait beaucoup de monde dans les bureaux de scrutin», a confirmé M. Arcand, quand Le Soleil l’a joint au téléphone lundi midi. Le chef par intérim du Parti libéral du Québec (PLQ) était au local électoral de sa candidate, Gertrude Bourdon, l’ancien Presse Café du boulevard Laurier.

«Gertrude a le droit d’entrer dans les bureaux de scrutin, mais pas moi. Je restais dehors et plusieurs personnes passaient en me faisant un signe du pouce, voulant dire : “On va voter pour vous autres!”» se réjouissait M. Arcand.

Le chef est très impliqué. Sans doute une première dans l’histoire du parti, dimanche, M. Arcand a déclamé son discours de clôture du conseil général du PLQ, qui se tenait à Sherbrooke, en direct de Québec. Il était déjà au local électoral de Mme Bourdon. Même chose pour le candidat à la chefferie du parti, Alexandre Cusson, aussi arrivé de Sherbrooke pour saluer Mme Bourdon.

À la sortie des pharmacies

Les députés libéraux sont mis à profit. On a vu Christine St-Pierre, Gaétan Barrette, Jean Rousselle, André Fortin, Monique Sauvé et Marc Tanguay, entre autres, faire des appels pour le camp Bourdon pendant le conseil général, de Sherbrooke. Une centrale téléphonique installée dans les bureaux montréalais du PLQ fonctionnera toute la semaine. Plus les bénévoles du local électoral.

Le député Enrico Ciccone a été nommé parrain de Mme Bourdon pour cette élection. Proximité avec le parlement aidant, les quatre partis représentés à l’Assemblée nationale envoient leurs députés faire du porte-à-porte dans Jean-Talon. Surtout le mercredi soir, quand les commissions parlementaires se font rares.


« Plusieurs personnes passaient en me faisant un signe du pouce, voulant dire : “On va voter pour vous autres!” »
Le chef du Parti libéral du Québec, Pierre Arcand

M. Arcand avait parrainé Philippe Couillard, alors nouveau chef du PLQ, pour l’élection partielle de 2013 dans Outremont. «Il y avait beaucoup d’immeubles à logements et le porte-à-porte était plus compliqué. J’avais recommandé à M. Couillard de privilégier les sorties de pharmacies. Les épiceries, c’est bon aussi, mais les gens ont de moins gros sacs à la sortie des pharmacies. Ils peuvent te serrer la main et s’arrêter un peu pour jaser», confie le politicien d’expérience.

Les multiples quartiers résidentiels de Jean-Talon changent la stratégie, reconnaît M. Arcand. Il passe quand même beaucoup de temps aux Halles Sainte-Foy et était lundi après-midi sur l’avenue Maguire.

Un vote hâtif

Libérale depuis sa création, en 1966, la circonscription provinciale du secteur Sainte-Foy–Sillery aime voter d’avance.

La précédente élection partielle sur la scène provinciale avait attiré 10,22 % des électeurs à voter par anticipation, en décembre 2018, dans Roberval, deux mois après les élections générales. Il y a deux ans, dans Louis-Hébert, circonscription voisine de Jean-Talon, le vote par anticipation avait mobilisé 14,96 % des électeurs, après une première journée de 7,96 %.

Les gens de Jean-Talon votent beaucoup une semaine plus tôt, comme en témoignent des taux de participation de 24,34 % (2018), 37,32 % (2014) et 25,33 % (2012) au vote par anticipation des trois dernières élections générales québécoises, résultats bien supérieurs aux moyennes provinciales de 17,9 % (2018), 19,3 % (2014) et 16,6 % (2012).

Réélu en octobre 2018, l’ancien ministre et député libéral Sébastien Proulx a démissionné fin août. Dix candidats tentent de lui succéder auprès des 46 744 électeurs (en date du 21 novembre).