Qing Quentin Huang avait été arrêté il y a près de six ans à Burlington, en Ontario, à la suite d'une enquête menée par la Gendarmerie royale du Canada. Employé de l'entreprise Lloyd's Register, un sous-traitant des chantiers maritimes Irving, il a été accusé d'avoir tenté de communiquer des secrets à la Chine.

Ottawa veut protéger le secret entourant ses opérations d'espionnage

Ottawa poursuit sa bataille devant les tribunaux pour éviter la divulgation de documents qui détailleraient certaines opérations clandestines d'espionnage menées par le Canada.

Les avocats du gouvernement canadien font appel d'une décision de la Cour fédérale qui ordonne la divulgation d'informations sensibles pouvant aider Qing Quentin Huang à se défendre contre des accusations portées en vertu de la Loi sur la protection de l'information.

M. Huang avait été arrêté il y a près de six ans à Burlington, en Ontario, à la suite d'une enquête menée par la Gendarmerie royale du Canada. Employé de l'entreprise Lloyd's Register, un sous-traitant des chantiers maritimes Irving, il a été accusé d'avoir tenté de communiquer des secrets à la Chine.

Selon la police, ces secrets étaient liés à des éléments de la Stratégie nationale de construction navale, qui prévoit la construction de navires de patrouille, de frégates, de navires auxiliaires de la Marine, de navires de recherche scientifique et de brise-glace.

M. Huang, qui clame son innocence, a été libéré sous caution en attendant la suite des procédures.