Nathalie Leclerc a annoncé mercredi sa candidature à l'Espace Félix-Leclerc, sur l'île d'Orléans.

Nathalie Leclerc, candidate péquiste

Jean-François Lisée a confirmé mercredi la candidature de Nathalie Leclerc dans Charlevoix—Côte-de-Beaupré en brandissant sa volonté et celle de son parti de conduire le Québec à l’indépendance. La fille de Félix Leclerc tentera de faire revenir cette circonscription dans le giron du Parti québécois en octobre prochain.

Pauline Marois y a été battue en 2014 par la libérale Caroline Simard, qui l’a emporté avec 882 votes de plus. Mme Marois ne manquait pourtant pas de notoriété. Elle était première ministre sortante.

«Je suis convaincu que cette femme d’exception obtiendra la confiance des gens de Charlevoix—Côte-de-Beaupré le 1er octobre prochain», a affirmé Jean-François Lisée en présentant Nathalie Leclerc.

Elle contribuera à la réussite du projet d’indépendance déployé sur deux mandats, croit-il. M. Lisée a tenu à dire que le Parti québécois est «le seul train» pouvant mener à la souveraineté.

Le chef péquiste était fier de présenter sa candidate après les annonces de départ, la veille, des députés Agnès Maltais, Alexandre Cloutier et Nicole Léger. Ils ne solliciteront pas d’autre mandat à la fin de la présente législature. «Aujourd’hui, c’est le début de la suite», a fait valoir le chef.

«Joindre Jean-François Lisée et l’équipe du Parti québécois, c’est joindre le seul parti qui peut mener le Québec à sa pleine indépendance, estime Nathalie Leclerc. C’est joindre le parti de la fierté et de la culture québécoises.»

«Vieux, le Parti québécois?»

La candidate a évoqué la mémoire de son père. «Ma décision d’être candidate relève beaucoup de mon père», a-t-elle confié après avoir indiqué que la défaite de Pauline Marois en 2014 l’avait sincèrement attristée. Elle est revenue vivre au Québec après un exil en France.

Mme Leclerc veut faire de l’accès aux soins de santé l’une de ses priorités. Elle a fait référence à l’Hôpital de La Malbaie, à la présence d’un médecin à l’Isle-aux-Coudres, mais aussi — dans un tout autre ordre d’idées — à une éventuelle piste cyclable à l’île d’Orléans.

«Vieux, le Parti québécois ?» a lancé la nouvelle candidate. «Ce n’est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne de vieilles pommes», a-t-elle répondu en citant son père.

Nathalie Leclerc a remis sa démission de la fondation de l’Espace Félix-Leclerc.

Taschereau

Agnès Maltais était présente à l’Espace Félix-Leclerc, sur l’île d’Orléans, lors de l’annonce de la candidature de Mme Leclerc. Des noms de péquistes intéressés à lui succéder circulent déjà.

De leur côté, les libéraux ont annoncé mercredi qu’ils tiendront leur assemblée d’investiture dans Taschereau le 28 février. L’ex-candidat libéral aux élections de 2014, Florent Tanlet, est sur les rangs.

L’ex-ministre des Finances, Nicolas Marceau, a par ailleurs confirmé qu’il était en réflexion sur son avenir. Le doyen de l’Assemblée nationale, le péquiste François Gendron, qui y siège depuis 1976, et son collègue Claude Cousineau, confirmeront sous peu qu’ils ne brigueront pas les suffrages lors des prochaines élections.

Le ministre Jean-Marc Fournier a pour sa part indiqué qu’il continuait de s’interroger sur son avenir.