Le ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne, reproche à Andrew Scheer sa mission économique à Londres, suggérant à mots à peine voilés que le chef conservateur ne comprend pas les règles du jeu en matière commerciale.

Les libéraux critiquent la mission commerciale d’Andrew Scheer à Londres

OTTAWA — Le ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne, reproche à Andrew Scheer sa mission économique à Londres, suggérant à mots à peine voilés que le chef conservateur ne comprend pas les règles du jeu en matière commerciale.

Le leader conservateur, qui a entamé mardi une tournée économique au Royaume-Uni, s’est attiré les foudres du ministre Champagne. Ce dernier a gazouillé lundi sa stupéfaction face à la démarche, notant qu’il existait déjà un traité entre Canadiens et Britanniques.

Tant que le Royaume-Uni n’aura pas quitté l’Union européenne (UE), le traité en question - l’Accord économique et commercial global (AECG) - reste en vigueur, et «il ne peut légalement y avoir aucune négociation formelle sur un nouvel accord», a précisé l’attaché de presse de M. Champagne.

Au bureau du chef de l’opposition, on se défend de vouloir contrevenir aux règles. Andrew Scheer est en sol britannique «afin de préparer le terrain pour sa promesse de négocier une entente de libre-échange entre le Royaume-Uni et le Canada s’il est élu premier ministre en 2019», a-t-on dit.

Le leader conservateur «profitera de ce voyage de quatre jours pour «bâtir des relations» avec le gouvernement britannique conservateur et faire la promotion de l’idée d’une entente de libre-échange entre les deux pays», a ajouté son attachée de presse, Virginie Bonneau.

Sur Twitter, lundi soir, le ministre Champagne a raillé Andrew Scheer, suggérant qu’il ne maîtrisait pas les enjeux en matière de commerce international. Il avait invité le chef conservateur à l’appeler «n’importe quand» s’il avait besoin d’une séance d’information technique.