Alexandre Cloutier a annoncé en conférence de presse à Alma qu’il terminera son mandat, mais qu’il n’en sollicitera pas un nouveau lors des prochaines élections générales en octobre.

Les députés du PQ Alexandre Cloutier et Nicole Léger ne se représenteront pas

QUÉBEC - Deux députés du Parti québécois (PQ) ont annoncé, mardi, qu’ils quittent la vie politique.

Le député du Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier, a ouvert le bal en déclarant en conférence de presse à Alma qu’il terminera son mandat, mais qu’il n’en sollicitera pas un nouveau lors des prochaines élections générales en octobre.

«Cette motivation qui a toujours été inébranlable m’a quitté progressivement récemment, a-t-il dit. Mon enthousiasme, surtout quand je traverse la réserve faunique des Laurentides pour me rendre à Québec, s’est effrité.»

L’annonce de son départ a été accueillie avec surprise à l’Assemblée nationale.

M. Cloutier, qui est âgé de 40 ans, représente les électeurs de Lac-Saint-Jean depuis 2007. Ancien ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes, il est actuellement porte-parole du PQ en matière d’éducation, de recherche, de persévérance scolaire et d’alphabétisation ainsi que vice-président de la Commission des transports et de l’environnement. Il a échoué deux fois dans des tentatives de devenir chef du PQ.

Une autre députée péquiste, Nicole Léger, lui a emboîté le pas mardi.

«Il est temps pour moi de passer le flambeau, a-t-elle dit, en précisant qu’elle allait, elle aussi, terminer son mandat. C’est un choix personnel.»

Mme Léger a été élue une première fois dans Pointe-aux-Trembles lors d’une élection partielle, le 9 décembre 1996. Elle a été ministre de la Famille, déléguée de 1998 à 2001 et en titre de 2012 à 2014. Elle a aussi été ministre de la Lutte contre la pauvreté et l’exclusion de 2001 à 2003.

Mme Léger est aujourd’hui porte-parole de l’opposition officielle en matière de Conseil du Trésor et d’accès à l’information. Elle est aussi vice-présidente de la Commission de l’aménagement du territoire.

D’autres députés du PQ songeraient sérieusement à ne pas solliciter de mandat lors des prochaines élections générales, l’automne prochain.

Le Devoir rapporte que le doyen de l’Assemblée nationale, François Gendron, député d’Abitibi-Ouest, ne sera pas candidat en octobre. Il a été élu sans interruption depuis les élections du 15 novembre 1976.

Le député de Bertrand, Claude Cousineau, aurait également choisi de quitter la politique.

Pour sa part, Le Journal de Québec signale que la députée de Taschereau, à Québec, Agnès Maltais, et le député de Rousseau, dans Lanaudière, Nicolas Marceau, un ancien ministre des Finances, songent eux aussi à abandonner la politique.

Une réflexion similaire serait en cours au Parti libéral du Québec (PLQ). Plusieurs pourraient quitter la politique: les noms des députés de la région de Québec André Drolet (Jean-Lesage), Raymond Bernier (Montmorency), Norbert Morin (Côte-du-Sud), Michel Matte (Portneuf) circulent, ainsi que ceux de Jean-Marc Fournier (Saint-Laurent) et de Jacques Chagnon (Westmount-Saint-Louis).

À la Coalition avenir Québec (CAQ), on n’anticipe pas de départs cette année. «À ma connaissance, tout le monde se représente», a indiqué le député Simon Jolin-Barrette en mêlée de presse à l’Assemblée nationale, mardi.