Lisette Lapointe

Le parcours politique de Lisette Lapointe

Avec la réapparition de Lisette Lapointe dans le giron péquiste, retour en photos sur une carrière politique s'échelonnant sur une quarantaine d'années.

Les années 70

Militante du Parti québécois, Lisette Lapointe travaille à la campagne de Pierre Marois, qui sera toutefois battu dans la circonscription de Laporte (Montérégie), en 1970. Attachée de presse de Jacques Parizeau à partir de 1976, elle deviendra son épouse en 1992.

Trois ans après avoir épousé Jacques Parizeau, Lisette Lapointe l'appuie lors de l'annonce de sa démission, au lendemain de la défaite référendaire de 1995.

***

L'entrée en politique active

Lisette Lapointe victorieuse dans la circonscription de Crémazie, en 2007

En 2006, Lisette Lapointe fait son entrée en politique active, se portant candidate à l'élection générale québécoise de 2007 sous la bannière péquiste. Désirant d'abord se présenter dans la circonscription de Deux Montagnes, elle se tourne finalement vers celle de Crémazie, après qu'aucun des deux candidats à l'investiture n'accepte de se désister. Elle devient alors la première épouse d'un ancien Premier ministre du Québec à devenir candidate à une élection générale. Elle remportera l'élection dans sa circonscription par une faible marge de 170 voix sur la députée libérale sortante Michèle Lamquin-Éthier.

***

L'élection générale québécoise de 2008

Lisette Lapointe célèbre sa deuxième victoire électorale en compagnie de son mari Jacques Parizeau.

De nouveau candidate en 2008, Lisette Lapointe l'emporte cette fois par une majorité de 1412 voix. Elle devient porte-parole de l'Opposition officielle pour tout ce qui touche aux aînés et à la Régie des rentes.

***

Démission

Louise Beaudoin, Pierre Curzi et Lisette Lapointe lors de l'annonce de leur démission, en 2011.

En juin 2011, Lisette Lapointe claque la porte du PQ en compagnie de Louise Beaudoin afin de protester contre le dépôt du projet de loi péquiste sur l'amphithéâtre de Québec.

***

Option nationale

Pierre Curzi, Lisette Lapointe, Jean-Martin Aussant

Elle se joint ensuite au jeune parti Option nationale de Jean-Martin Aussant, tout en conservant sa carte de membre du PQ et en siégeant comme indépendante. Elle ne s'est pas présentée à l'élection de 2012.

***

Politique municipale

Lisette Lapointe manifeste avec des citoyens de Saint-Adolphe-d'Howard contre l'établissement d'une ligne à haute tension d'Hydro Québec, en 2013.

Après avoir quitté la scène provinciale, Lisette Lapointe se lance en politique municipale, devenant mairesse de Saint-Adolphe-d'Howard, après avoir obtenu 32,82% des voix, en 2013.

Source: Wikipédia

***