Seul député indépendant de l’Assemblée nationale, Guy Ouellette prêtera serment en privé.

Guy Ouellette prêtera serment en privé

Guy Ouellette, seul député indépendant de l’Assemblée nationale, ne veut pas que les projecteurs soient braqués sur lui le jour où il sera assermenté.

Exclu du caucus libéral, M. Ouellette n’a pas encore prêté serment pour agir comme député, comme l’ont fait tous ses autres collègues la semaine dernière. «Son assermentation est de nature privée et, à sa demande, la date ne sera pas communiquée», explique Julie Champagne, responsable des relations médias à l’Assemblée nationale. 

Mme Champagne indique qu’il arrive que des prestations du serment de député ne soient pas ouvertes au public, parce qu’il n’existe pas d’obligation en ce sens. Pour que le serment soit valide, il faut toutefois que le secrétaire général de l’Assemblée nationale, Michel Bonsaint, soit présent. 

Ancien policier, M. Ouellette siège comme député libéral depuis 2007. Depuis que le Parti libéral du Québec l’a exclu de son caucus à cause d’un bris de confiance, il n’a pas accordé d’entrevue. 

En campagne électorale, il a été révélé que M. Ouellette avait coulé des renseignements à la Coalition avenir Québec en 2016 afin d’embarrasser son propre gouvernement. Philippe Couillard avait alors défendu son candidat. 

C’est le nouveau chef intérimaire Pierre Arcand, avec l’aval de tous les députés libéraux, qui lui a montré la porte le 5 octobre dernier. 

Rappelons qu’en octobre 2017, son arrestation par l’Unité permanente anticorruption (UPAC) en lien avec une fuite de documents d’enquête a causé un immense choc à l’Assemblée nationale. M. Ouellette s’était alors retiré du caucus libéral avant d’être réintégré un mois plus tard. À ce jour, aucune accusation n’a été portée contre lui et le député se fait plutôt discret.