L’ex-ministre de la Santé, Gaétan Barrette, s’est montré ouvertement intéressé à succéder à Philippe Couillard à la tête du Parti libéral du Québec. Certains élus, qui jugent son style trop abrasif, projettent déjà de lui barrer la route.

Gaétan Barrette tentera de devenir chef du PLQ

Le ministre sortant de la Santé, Gaétan Barrette, va tenter de devenir le prochain chef de l’Opposition officielle à l’Assemblée nationale, selon ce qu’a appris La Presse canadienne, mercredi, de source sûre.

Sa candidature est cependant loin de faire l’unanimité dans le caucus libéral, qui compte désormais 32 députés, ont indiqué plusieurs sources.

Certains élus, qui jugent son style trop abrasif et le tiennent en partie responsable de la déconfiture libérale, vont tenter de lui barrer la route.

Selon les informations recueillies, deux autres députés et ex-ministres réélus lundi sont présentement sollicités par leurs collègues et seront sur les rangs: Christine St-Pierre et Pierre Arcand. Un autre, qui lui n’a jamais été ministre, pourrait aussi se laisser tenter, si on le sollicite: Marc Tanguay, député de LaFontaine.

Dès que le chef libéral Philippe Couillard a annoncé lundi soir qu’il amorçait une courte période de réflexion sur son avenir politique, à la suite de la cuisante défaite enregistrée par son parti, les candidats libéraux qui ont réussi à échapper à la vague caquiste ont commencé aussitôt à se positionner.

Dans ce genre de course larvée, la vitesse compte: depuis lundi soir, les appels téléphoniques se multiplient pour tester les appuis, mousser une candidature ou en écarter une autre.

Même si M. Couillard n’a toujours pas livré le fruit de ses réflexions, on tient pour acquis dans les rangs libéraux qu’il quittera son poste de chef du PLQ, un parti qui aura essuyé sous son règne la pire défaite de son histoire.

Il faudra donc lui trouver rapidement un successeur temporaire qui agira à la fois comme chef par intérim du PLQ et chef de l’Opposition officielle à l’Assemblée nationale, le temps d’organiser une course au leadership.

La personne qui occupera cette fonction prestigieuse devra renoncer d’emblée à se porter candidate en vue de devenir le prochain chef du Parti libéral du Québec.

Le rôle des femmes

D’après les informations obtenues, un mouvement d’appui — majoritairement féminin — à la candidature de Christine St-Pierre est en train de se former au sein du caucus libéral.

Les élus pro-St-Pierre mousseraient la candidature de la députée de l’Acadie et ministre sortante des Relations internationales en vue d’adoucir l’image trop rigide, cérébrale et froide que dégageait en Chambre le premier ministre sortant, indique-t-on.

D’autres députés ont sollicité la candidature de M. Barrette, qui s’est montré ouvertement intéressé, se mettant aussitôt à la recherche de nouveaux appuis.

Mise au courant de toutes ces tractations de coulisses, une députée contactée a exprimé son malaise, M. Couillard étant toujours en poste.

Un couronnement?

Craignant un couronnement comme en 2012, plusieurs députés vont exiger, lors de la tenue du prochain caucus libéral, que le futur chef par intérim soit choisi par les membres du caucus.

Dans les rangs libéraux, on dit craindre de revivre le scénario de 2012, quand l’establishment du parti et le premier ministre sortant Jean Charest avaient imposé au caucus Jean-Marc Fournier comme chef intérimaire, pour éviter d’éventuelles dissensions internes, voire des déchirements sur la place publique.

Selon eux, si ce scénario s’avère, le député de Mont-Royal-Outremont, Pierre Arcand, serait avantagé, apparemment désigné comme le candidat idéal pour assumer l’intérim selon l’entourage de M. Couillard.

Apprécié de tous ses collègues, M. Arcand, président sortant du Conseil du trésor, qui a déjà l’appui de quelques élus, est perçu comme «une force tranquille» au sein de l’équipe.

Sondage défavorable

En août, juste avant le début de la campagne électorale, la Coalition avenir Québec (CAQ) avait publié un sondage Recherche Mainstreet qui concluait que 81 pour cent des répondants ne voulaient plus de M. Barrette comme ministre de la Santé. C’était aussi le cas de 60 pour cent des répondants qui disaient s’identifier au PLQ. On lui reprochait notamment d’avoir amélioré le sort des médecins, au lieu d’améliorer celui des patients.

Pratiquement au même moment, M. Couillard annonçait que s’il formait le prochain gouvernement M. Barrette ne serait plus ministre de la Santé.