Le ministre des Finances, Éric Girard, a précisé mercredi matin que le projet de loi pourrait notamment prévoir que tout citoyen ait la possibilité de demander à une agence de crédit d'empêcher que son dossier soit consulté, ce qu'il appelle un verrou de crédit.

Encadrement des agences de crédit: la CAQ déposera un projet de loi

Deux mois après la fuite de données qui a touché 2,7 millions de membres particuliers du Mouvement Desjardins, le gouvernement du Québec entend déposer un projet de loi visant l'encadrement des agences de crédit.

Le ministre des Finances, Éric Girard, a précisé mercredi matin que le projet de loi pourrait notamment prévoir que tout citoyen ait la possibilité de demander à une agence de crédit d'empêcher que son dossier soit consulté, ce qu'il appelle un verrou de crédit.

«Vous avez été victime de vol d'identité et vous voulez arrêter toute transaction sous votre nom. Vous mettez un verrou. Il ne peut plus y avoir de consultation de votre dossier de crédit à quiconque, à moins de votre consentement. Et le consentement peut être donné par vous, à l'aide de votre téléphone : vous mettez le consentement, vous enlevez le consentement. Il s'agit d'une protection additionnelle qui a été imposée à Equifax à la suite du vol de données aux États-Unis et que nous n'avons pas au Canada» a-t-il précisé en point de presse.

Le ministre Girard a mentionné que le Québec était actuellement la seule province canadienne à ne pas avoir de législation spécifique à de telles agences.

Quant au premier ministre François Legault, il a promis que son gouvernement agirait rapidement.

«Je m'attends à avoir la collaboration de l'opposition, c'est un sujet qu'on a vu dans les médias tout l'été alors je pense que l'opposition est sensible aussi à la nécessité d'agir rapidement», a-t-il affirmé.

Par ailleurs, dans un communiqué de presse envoyé après sa sortie médiatique, le ministre Girard a indiqué qu'il était satisfait de la façon dont le Mouvement Desjardins gérait la crise reliée au vol de renseignements personnels.

«La situation est gérée de façon adéquate par l'institution financière, sous l'oeil attentif de l'Autorité des marchés financiers. Les actifs financiers des membres sont garantis en cas de fraude», peut-on lire dans le communiqué.

Le ministre des Finances a également mentionné qu'il comprend l'inquiétude des Québécois et qu'il est conscient «qu'ils attendent du gouvernement des améliorations».