Les premiers ministres de la Saskatchewan et du Nouveau-Brunswick, Scott Moe et Blaine Higgs, ainsi que le chef du Parti conservateur Andrew Scheer étaient présents au rassemblement.

Des chefs conservateurs participent à une manifestation pour les oléoducs

MOOSOMIN, Sask. — Plusieurs dirigeants conservateurs canadiens ont participé samedi à un rassemblement visant à dénoncer le projet de loi C-69 du gouvernement fédéral.

Les premiers ministres de la Saskatchewan et du Nouveau-Brunswick, Scott Moe et Blaine Higgs, ainsi que le chef du Parti conservateur Andrew Scheer, se sont adressés aux manifestants pour critiquer vertement la mesure législative qui modifiera la façon avec laquelle les grands projets énergétiques sont examinés.

Selon M. Moe, ce projet de loi vise carrément à empêcher la construction de nouveaux pipelines au Canada.

«Nous avons un processus très minutieux qui fonctionne. Ce dont nous avons besoin, c’est d’un gouvernement fédéral qui soutienne le secteur des ressources naturelles dans l’ensemble du pays, a-t-il dit aux centaines de personnes rassemblées dans le sud-est de la Saskatchewan. Malheureusement, nous avons un gouvernement fédéral qui fait avancer le projet de loi C-69.»

De son côté, M. Scheer a promis que s’il était élu en octobre, il abrogerait le projet de loi C-69 s’il était adopté, mais que la première tâche de son gouvernement serait d’abolir la taxe sur le carbone.

Avant le rassemblement, son organisateur, Sinclair Harrison, a dit espérer que ce rassemblement encouragera TransCanada à présenter une nouvelle demande pour son projet Énergie-Est, un oléoduc qui aurait acheminé du pétrole de l’Alberta et de la Saskatchewan jusqu’au Nouveau-Brunswick. Le projet rencontrait une très forte opposition au Québec.

L’entreprise a abandonné le projet de 15,7 milliards $ en 2017.

«Plus nous avons des oléoducs, mieux nous sommes, a déclaré M. Harrison. Si tout le monde pouvait voir l’avantage économique que ces entreprises ont sur la région, c’est phénoménal.»

Marlene Spear, de Langenburg, en Saskatchewan, qui a participé au rassemblement, pense qu’il faut construire plus de pipelines, car ce moyen est plus sûr que de transporter du pétrole par rail.

«Mon beau-fils s’est rendu à un endroit où s’est déroulé un déraillement de train. Par conséquent, transporter le pétrole et le gaz à travers notre pays en train n’est pas nécessairement plus sûr que de le faire avec un pipeline.»

Le rassemblement a lieu alors qu’un convoi de camions parti de Red Deer, en Alberta, se rend à Ottawa dans le cadre d’une manifestation de soutien au secteur de l’énergie.