«Ce qu’on demande c’est des sommes pour nous aider, mais également, raccourcir le traitement des dossiers», a exprimé le premier ministre du Québec Philippe Couillard en marge du B7 à Québec jeudi.

Crise des migrants: Trudeau ouvert à aider le Québec

Justin Trudeau est ouvert à discuter avec le Québec d’une compensation financière pour l’arrivée massive de migrants irréguliers l’an dernier. Pendant ce temps, les demandeurs d’asile recommencent à affluer à la frontière.

«Ce qu’on demande c’est des sommes pour nous aider, mais également, raccourcir le traitement des dossiers», a exprimé le premier ministre du Québec Philippe Couillard en marge du B7 à Québec jeudi. M. Couillard est heureux que le Québec bénéficie d’une entente particulière avec le fédéral sur l’immigration, «un arrangement unique au Canada».

Par contre, la somme versée par le fédéral est basée sur un nombre moyen de demandeurs d’asile, qui n’est pas suffisant pour répondre à la situation actuelle, juge M. Couillard. Il explique que 50% des demandeurs d’asile arrivés au Canada en 2017 ont atterri au Québec. «Cette entente ne prévoit pas des volumes comme on a vu l’été dernier et on verra l’été prochain.»

Le Québec a reçu près de 25 000 demandeurs d’asile en 2017, selon une lettre que le gouvernement québécois a fait parvenir au gouvernement fédéral il y a quelques semaines. La province recevait auparavant environ 3500 demandeurs d’asile annuellement. Québec réclame 146 millions $ du gouvernement fédéral pour cette prise en charge inhabituelle.

En plus d’un appui monétaire, M. Couillard espère que le gouvernement fédéral va accélérer le traitement des demandes d’asile, et entre-temps, émettre des permis de travail aux immigrants qui auront franchi illégalement la frontière.

«Quand ça prend des années et des années avant de savoir si une demande d’asile est acceptée ou non, c’est pas une situation qui est saine.»  

Le premier ministre Trudeau ne s’est pas engagé jeudi à régler la facture réclamée par Québec. «On continue de travailler avec le gouvernement du Québec, comme on travaille avec les gouvernements de toutes les provinces sur ces enjeux-là», a-t-il soutenu. 

Le premier ministre souhaite une certaine équité entre les provinces. «On va continuer de discuter avec Québec parce qu’on sait qu’on a besoin d’avoir une réponse coordonnée et juste avec tout le monde.»

L’Agence des services frontaliers du Canada a confirmé qu’environ 600 demandeurs d’asile se sont présentés à la frontière à Lacolle du 29 mars au 2 avril.

M. Trudeau a voulu «rassurer les Canadiens» sur cet afflux. «On continue d’appliquer les mêmes règles d’immigration pour tout le monde […] C’est une arrivée irrégulière, mais c’est un passage dans notre système d’immigration tout à fait contrôlé et rigoureux.»  Avec La Presse canadienne