Christine Boivin

Contrats de travail: Jean Tremblay et Ghislain Harvey doivent rembourser les frais judiciaires, estime Christine Boivin

Christine Boivin demande que Jean Tremblay et Ghislain Harvey assument les frais judiciaires engagés par la Ville et Promotion Saguenay dans le dossier des contrats de travail. L’ex-conseillère municipale estime que cette «saga» n’aurait jamais dû avoir lieu, puisque les contrats de travail du PDG de Promotion Saguenay doivent être publics.

Christine Boivin affirme que les deux hommes ont fait du «gaspillage de fonds publics» en multipliant les procédures devant les tribunaux puisque les contrats de travail doivent être transmis à toute personne qui en fait la demande selon la loi d’accès à l’information. Elle rappelle notamment que le responsable de l’accès à l’information de Promotion Saguenay a affirmé dans un témoignage que les contrats étaient introuvables.

«Ils savaient tous très bien où ils se trouvaient. Quand on a su que ces contrats existaient, ils ont prétendu qu’ils étaient en fiducie, puis invoqué une clause de confidentialité. Jean Tremblay a lui-même avoué en conférence de presse le 7 décembre 2017 que Ghislain Harvey ne voulait pas donner ses contrats de travail et que c’était une erreur de ne pas les donner», explique Christine Boivin.

L’ex-conseillère municipale estime que les «responsables de gaspillage de fonds publics» doivent payer le leur poche. 

«C’est l’argent des citoyens de Saguenay dont il est question. Ils ont gaspillé des fonds publics et ont trahi leur confiance. Ils ont agi avec insouciance et  négligence. Nous, les citoyens de Saguenay, devons leur réclamer l’argent. La loi le permet. Aux citoyens de l’exiger», conclut-elle.