Jean-Martin Aussant a annoncé mardi qu'il voulait se présenter dans Pointe-aux-Trembles.

Bras de fer péquiste dans Pointe-aux-Trembles

Jean-Martin Aussant et Maxime Laporte sont prêts à croiser le fer dans le «respect». Les aspirants candidats du Parti québécois (PQ) dans Pointe-aux-Trembles croient tous deux que leur lutte pour l’investiture ne déchirera pas le PQ; qu’elle créera plutôt de l’engouement.

Moins d’une semaine après avoir annoncé son retour en politique au sein du PQ, l’ex-député et ex-chef d’Option nationale Jean-Martin Aussant a annoncé mardi qu’il avait choisi cette circonscription de l’est de Montréal pour se présenter. D’abord parce qu’elle est située tout près de sa famille, et parce que selon lui, «les comtés où les députés [du PQ] ne se représentent pas» à Montréal sont «très limités».

Il a choisi de se mesurer au président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJBM) Maxime Laporte, un avocat de 30 ans qui avait déjà levé la main en janvier. «Tous les candidats préféreraient être seuls et être acclamés à l’investiture. Ça fait une étape de moins avant l’élection. Mais en même temps, c’est un bon signe d’engouement et d’intérêt envers le Parti québécois», évalue M. Aussant. 

Ces derniers jours, des militants du PQ ont fait publier des lettres pour appuyer leurs candidats respectifs. L’ex-premier ministre Bernard Landry faisait partie de ceux qui ont tenté d’éviter un affrontement péquiste dans Pointe-aux-Trembles, car il croit que le parti a besoin des deux «forces vives» que sont Aussant et Laporte.

Cette sortie n’a pas ébranlé M. Aussant, qui estime que «tout militant a son droit de parole». Il croit avoir fait le bon choix avec cette circonscription, car il dit être un député de terrain, près des concitoyens, comme l’a été la députée péquiste sortante Nicole Léger, réélue sans interruption depuis 22 ans dans ce château fort. 

M. Aussant a également nié avoir hésité jusqu’à la dernière minute à se présenter sous la bannière de Québec solidaire, dans la circonscription de Mercier d’Amir Khadir. «Le fait qu’on se parle Amir et moi, c’est vrai. Je vais continuer à leur parler [à Québec solidaire], parce qu’on a des idées qu’on partage.» Par contre, il croit que les «discussions d’ordre privées» qu’il a eues avec M. Khadir ont été «déformées». 

Maxime Laporte a tenu lui aussi mardi une conférence de presse pour soutenir qu’il comptait bien remporter l'investiture dans Pointe-aux-Trembles et y mettre toutes ses énergies.

Deux heures après l’annonce de M. Aussant, Maxime Laporte a tenu lui aussi une conférence de presse pour soutenir qu’il comptait bien remporter cette investiture et y mettre toutes ses énergies. «On est déjà sur le terrain et ça va s’intensifier. Ça va être toute une campagne», promet-il. 

M. Laporte trouve qu’une campagne à l’investiture est quelque chose de «sain», qui amènera davantage de membres au parti. «Je ne lui en tient pas rigueur. Je respecte sa décision», dit-il à propos de Aussant.

La date de cette investiture n’a pas encore été choisie. Aucun élu du Parti québécois n’a voulu faire de commentaire mardi sur cette lutte qui se dessine. 

Une mairesse pour la CAQ

François Legault a présenté mardi sa candidate, Chantal Rouleau, l’actuelle mairesse de l’arrondissement Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles.

La Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault a également présenté sa candidate dans Pointe-aux-Trembles mardi : Chantal Rouleau, l’actuelle mairesse de l’arrondissement Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles.

Mme Rouleau est l’une des rares survivantes de l’équipe de Denis Coderre à la suite de la vague qui a porté Valérie Plante et Projet Montréal à la tête de la métropole en novembre dernier.

François Legault estime que cette candidature est «un grand coup» pour son parti et envoie un message clair aux Montréalais de soutenir la CAQ, qui n’a jamais réussi à faire élire un candidat sur l’île de Montréal.

Mme Rouleau continuera d’occuper son poste de mairesse jusqu’à l’élection du 1er octobre prochain, mais elle remettra le salaire qu’elle recevra de la Ville de Montréal durant la campagne électorale provinciale à un organisme de charité. 

De passage dans la région de Portneuf, le premier ministre Philippe Couillard a soutenu que le Parti libéral n’avait pas l’intention d’être à la remorque des autres et qu’il aura aussi une «candidature très forte» à présenter dans Pointe-aux-Trembles. 

Avec La Presse Canadienne