«On garde le crucifix», a déclaré vendredi le premier ministre François Legault en notant qu’il s’agit d’«un objet patrimonial important».

Assemblée nationale: le crucifix restera là où il est

Le premier ministre François Legault a mis un stop aux spéculations : le crucifix trônant au-dessus du fauteuil du président de l’Assemblée nationale ne sera pas décroché.

«On garde le crucifix», a déclaré vendredi M. Legault en notant qu’il s’agit d’«un objet patrimonial important».

Le nouveau premier ministre a expliqué vouloir être «ouvert» à la discussion en général, mais pas à propos de tout. «Je veux être ouvert en général, mais, en même temps, je veux que vous compreniez que j’ai été élu avec un certain programme et dans mon programme, on garde le crucifix», a-t-il fait valoir.

François Legault se dit toutefois ouvert aux discussions avec les partis d’opposition à propos de l’interdiction du port de signes religieux par les enseignants des niveaux primaire et secondaire du réseau public.

Il est «trop tôt» pour dire hors de tout doute si la loi à venir s’appliquera ou pas à eux, mais, a-t-il ajouté dans le même élan, lui et son gouvernement n’ont «pas changé d’idée» sur le fond. Ils continuent d’estimer que les enseignants oeuvrant auprès des plus jeunes — pas ceux des cégeps et des universités — «sont en position d’autorité».

Et qu’ils ne devraient donc pas porter de signes religieux dans l’exercice de leurs fonctions, tout comme les juges, les policiers, les procureurs et les gardiens de prison ne devraient pas pouvoir le faire.

La position de son équipe n’a pas changé, mais «on va consulter; on va voir s’il y a des consensus qu’on est capable de dégager» sur les enseignants avec les partis d’opposition à l’Assemblée nationale.

La position est ferme sur le crucifix, mais la porte semble entrouverte pour ce qui est des enseignants, peut-on résumer.

Dans ce premier point de presse qu’il a tenu à titre de premier ministre, M. Legault a réitéré que son gouvernement entend réduire dès l’an prochain de quelque 50 000 à 40 000 le nombre d’immigrants accueillis par le Québec.

Le 27 novembre

Le premier ministre avait convoqué ce point de presse avant de partir pour Gatineau afin d’annoncer qu’il voulait réformer le programme d’aide aux victimes de catastrophes naturelles. Il a déploré la lenteur des réponses fournies par l’État aux sinistrés de la tornade ayant récemment ravagé un quartier de la ville.

François Legault a par ailleurs fait savoir que les parlementaires siégeront à l’Assemblée nationale à partir du 27 novembre, et ce, pour une période de deux semaines avant la relâche de Noël. Un exercice de mise à jour économique et financière sera présenté. Il devrait contenir des mesures pour «retourner de l’argent dans le portefeuille des contribuables».