Alexandre Cusson

Alexandre Cusson démissionne de l’UMQ et pourrait briguer la direction du PLQ

Le scénario qui envoyait le président de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), Alexandre Cusson, dans la course à la direction du Parti libéral du Québec (PLQ) semble se confirmer.

M. Cusson — qui est également maire de Drummondville — a annoncé mardi qu’il quittait ses fonctions de président et de membre du conseil d’administration de l’UMQ.

Il pourrait briguer la direction du PLQ, selon la rumeur, persistante, qui circule à l’Assemblée nationale. «Ça semble se concrétiser», affirme une source libérale. «Il y a assurément des membres qui ont sollicité sa candidature.»

Les libéraux font valoir que la candidature de M. Cusson serait bien accueillie, puisqu’il provient des régions, un atout dans les circonstances. «De l’oxygène neuf», dit-on.

Les députés du PLQ représentent à peu près tous, en ce moment, des circonscriptions de la grande région de Montréal. Deux députés proviennent de l’Outaouais.

La députée de Saint-Henri-Sainte-Anne, Dominique Anglade, est la seule candidate en lice pour remplacer Philippe Couillard à la tête du PLQ. Deux adversaires potentiels, Marwah Rizqy (Saint-Laurent) et Gaétan Barrette (La Pinière), poursuivent leur réflexion.

Alexandre Cusson est président de l’UMQ depuis 2017. Le mois dernier, il a signé un pacte fiscal avec le gouvernement qui transfère aux municipalités un montant représentant l’équivalent de la croissance des revenus de la TVQ, un «gain historique», selon lui. 

D’ailleurs, à la cérémonie de signature, le premier ministre François Legault avait taquiné M. Cusson, en disant espérer le revoir très bientôt à l’Assemblée nationale.

«M. le premier ministre, j’ai pris note de votre invitation à revenir plus souvent», avait-il répondu, ce qui avait déclenché l’hilarité dans la salle.