Une erreur attribuable à une défaillance dans de nouvelles procédures mises en place le 1er avril dernier au ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale, aurait causé l’envoi d’un montant total de 617 959 $ à 857 ex-prestataires de l’aide sociale.

Aide sociale: près de 620 000 $ versés par erreur

EXCLUSIF / Près de 860 prestataires d’aide sociale, ou plutôt d’ex-prestataires, ont reçu le 1er décembre un soutien financier auquel ils n’avaient plus droit. La somme totale en cause s’élève à 617 959 $

Cette erreur serait attribuable à une défaillance dans de nouvelles procédures mises en place le 1er avril dernier.

Ces personnes avaient elles-mêmes notifié dans le courant du mois de novembre à un agent du ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale un changement les concernant — changement qui ne leur permettait plus de recevoir des prestations d’aide sociale. Dans certains cas, c’était parce qu’elles ont atteint 65 ans; dans d’autres, parce qu’elles se sont trouvé un emploi — entre autres situations.

Il semble que les modifications notifiées entre le 16 et le 30 novembre n’aient pas toutes été prises en compte et que les «dépôts directs» prévus le 1er décembre ont été versés à ces prestataires même s’ils ne se qualifiaient plus au programme.

Le système informatique du ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale ne peut exécuter convenablement les opérations associées à la nouvelle procédure instituée depuis avril, a indiqué au Soleil, Caroline d’Astous, l’attachée de presse du ministre Jean Boulet pour expliquer l’erreur survenue.

«L’information relative à un arrêt de paiement peut arriver à l’agent responsable d’un dossier après la préparation de l’émission mensuelle, ce qui explique cette situation», a-t-elle fait savoir.

«Il s’agit d’une situation exceptionnelle qui touche le traitement de 857 dossiers sur environ 286 000 ménages», a mis en perspective Caroline d’Astous.

En septembre 2013, 8300 prestataires avaient reçu deux exemplaires du même chèque.

Le ministère veillera à ce qu’une situation comme celle-là ne se reproduise plus, assure-t-on.

Souplesse dans le recouvrement 

Elle peut causer bien des maux de tête à plusieurs des personnes concernées qui vivent de vraies difficultés, mais qui devront rembourser les sommes reçues en trop qu’elles ont touchées. Les réclamations qui leur seront faites ne seront évidemment pas associées à de fausses déclarations de leur part. 

Le ministère dit vouloir faire preuve de souplesse dans le recouvrement des sommes dues. Les personnes concernées pourront effectuer un remboursement par chèque ou en argent comptant dans les bureaux de Services Québec ou dans les centres locaux d’emploi.