Justin Trudeau, à Davos, mardi

À Davos, Trudeau critique Trump sur le libre-échange

DAVOS - Le premier ministre canadien Justin Trudeau a critiqué mardi à Davos la politique protectionniste du président Donald Trump et défendu ardemment les vertus du libre-échange.

M. Trudeau s’est félicité du succès des dernières négociations à Tokyo permettant au Canada de se joindre à dix autres pays au sein de ce qu’il a appelé le nouvel Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP pour son acronyme en anglais).

«L’accord obtenu à Tokyo (mardi) va dans le bon sens», a déclaré Justin Trudeau en déplorant «beaucoup de scepticisme sur le commerce dans le monde à l’heure actuelle».

«Les gens sont inquiets ou deviennent de plus en plus convaincus que les accords commerciaux profitent à quelques-uns et pas à la majorité», a noté le chef du gouvernement canadien qui préside le G7 cette année.

Après l’accord de libre-échange avec l’Union européenne (CETA), le Canada s’est tourné vers le Pacifique au moment où à Montréal, les discussions sur la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) pointent de profonds désaccords entre les États-Unis d’un côté, le Canada et le Mexique de l’autre.

Le gouvernement canadien fait le nécessaire «pour s’assurer que notre voisin du sud reconnaisse les bienfaits de l’ALÉNA», a déclaré Justin Trudeau alors que le président Trump a menacé à plusieurs reprises de quitter cet accord commercial.

«Cela a profité pas simplement à notre économie, mais aussi à son économie», a-t-il ajouté.

«Nous sommes (...) ouverts à plus d’accords commerciaux impliquant plus de populations tant que c’est dans le meilleur intérêt de tous nos citoyens»

«C’est ce à quoi nous nous efforçons dans le cadre de l’ALÉNA» et c’est la même motivation qui a guidé les discussions à Tokyo pour arriver à ce CPTPP qui «sera bénéfique non seulement pour les Canadiens, mais aussi pour les citoyens de l’ensemble des 11 pays» signataires.

Outre le Canada, le CPTPP regroupe 10 pays: Australie, Brunei, Chili, Japon, Malaisie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pérou, Singapour et Vietnam.

Le Canada qui avait réclamé des aménagements en novembre pour signer cet accord a obtenu satisfaction sur certains points comme l’a signalé M. Trudeau.

Avec les avancées, l’accord est «plus progressif et plus solide pour les travailleurs canadiens dans les domaines de la propriété intellectuelle, la culture et l’industrie automobile», a affirmé Justin Trudeau.