2,3 milliards $ pour rénover et construire des écoles

Le ministre de l’Éducation Sébastien Proulx augmente encore une fois la cadence de rénovation et de construction d’écoles au Québec, en injectant 2,3 milliards $ d’ici l’été 2019. Malgré cet effort, il faudra encore entre 10 à 12 ans à la province pour éliminer toutes les écoles vétustes.

«On peut pas tout faire. Il y a notre capacité de payer collective», a justifié le ministre Proulx jeudi. Le ministre a qualifié ces investissements «d’historiques», car il s’agit pour 2018-2019 d’une hausse d’environ 28 % par rapport aux montants consentis à la rénovation et à la construction en 2017-2018.

D’ici l’été 2019, davantage d’argent sera investi pour rénover des écoles que pour en construire. «Tant et aussi longtemps que l’état [des écoles] sera tel qu’il est, on va faire ça», indique le ministre. 

Selon lui, le ministère de l’Éducation peut procéder à ces investissements en ayant un portrait beaucoup plus «juste» de la cote de vétusté des écoles qu’auparavant, car les commissions scolaires sont en train d’uniformiser leurs façons de faire.

Reste que le portrait est toujours sombre. Le dernier Plan québécois des infrastructures (PQI) indique qu’environ la moitié des écoles primaires et secondaires au Québec obtient une cote de D ou E, ce qui signifie qu’elles sont dans un mauvais ou un très mauvais état. 

M. Proulx a fait cette annonce annuelle beaucoup plus tôt qu’à l’habitude, question d’aider les commissions scolaires à réaliser leurs travaux rapidement. 

Il s’est bien défendu d’en faire une annonce à saveur électorale, arguant que ce sont les députés du prochain gouvernement qui pourront annoncer les projets précis qui seront réalisés en 2019. 

Dans la région de Québec, la commission scolaire de la Capitale recevra 30 millions $ pour procéder à des rénovations, les Découvreurs 14 millions $, les Premières-Seigneuries 11 millions $, les Navigateurs 6 millions $, Portneuf 5 millions $ et Charlevoix 2 millions $.