Sur le plan du nombre, les enseignants semblent être les grands gagnants de l’opération de réduction globale des effectifs des secteurs public et parapublic lancée par le gouvernement de Philippe Couillard à son arrivée au pouvoir.

13 200 salariés de moins au sein de l'État québécois

EXCLUSIF / Entre mars 2015 et septembre dernier, le nombre de salariés de l’État québécois a baissé de plus de 13 200, passant de 591 823 à 578 585, d’après des données inédites obtenues par Le Soleil.

L’État québécois emploie — pour le dire autrement — près de 7400 «équivalents à temps complet» (ÉTC) de moins depuis l’adoption de la loi sur la gestion et le contrôle des effectifs, lors de l’automne 2014.

Avec un plan rapproché, on remarque que le personnel d’encadrement a chuté dans les organismes publics québécois, tout comme le nombre d’employés de bureau et de techniciens, ainsi que celui des ouvriers. Plus surprenant, le nombre d’infirmières et d’infirmiers a aussi glissé.

En revanche, le personnel enseignant a crû. Il paraît être le grand gagnant de l’opération de réduction globale des effectifs des secteurs public et parapublic lancée par le gouvernement de Philippe Couillard à son arrivée au pouvoir — sur le plan du nombre.

C’est ce que l’on peut observer à la lumière du tout dernier dénombrement des effectifs des ministères, des organismes, des réseaux publics et des sociétés d’État effectué par le Conseil du trésor du gouvernement québécois.

Après la baisse, une hausse

Globalement, le nombre d’«équivalents à temps complet» est passé de 494 528 au 31 mars 2015 à 487 146 au dernier recensement, qui court jusqu’au 30 septembre. Cette mesure d’ÉTC permet de faire des comparaisons plus justes que celle du nombre de salariés.

Depuis quelques mois, le nombre d’ÉTC a toutefois repris une courbe ascendante. Il avait atteint un creux de 481 459 entre l’adoption de la loi et aujourd’hui, indiquent les documents gouvernementaux.

La rigueur budgétaire, ou l’austérité, a eu un effet tangible. Le terrain perdu n’a cependant pas été rattrapé, déploreront vraisemblablement les syndicats.

Un zoom

Entre mars 2015 et septembre dernier, le personnel d’encadrement comptait 2705 ÉTC de moins (pour un total de 24 487 cadres à ce moment-là); le Conseil du trésor dénombrait 459 infirmières et infirmiers de moins (sur un total de 63 298), 5471 employés de bureau et techniciens de moins (sur 184 107), 1010 ouvriers de moins (sur 47 188), mais 2310 personnels en enseignement de plus (pour un total de 77 923). Une certaine stabilité apparaît du côté des professionnels et des agents de la paix.