Le secteur de la pointe Langevin, à Dolbeau-Mistassini, ne sera pas accessible cet hiver.

Pointe Langevin: Rio Tinto veut une solution durable

La gestion du débit et du niveau du lac Saint-Jean par Rio Tinto ne serait pas à l’origine des problèmes vécus à la pointe Langevin, à Vauvert. Dolbeau-Mistassini, rappelons-le, interdit cette année toutes les activités hivernales sur les glaces dans ce secteur, en raison de risques trop élevés. L’an dernier, un décrochement de terrain avait sonné l’alarme.

La multinationale a réalisé des études pour comprendre ce qui a causé cette érosion. Selon les premières analyses, elle se produit en raison du mouvement naturel du fond des rivières Péribonka et petite Péribonka. La vitesse du courant de ces rivières et le tourbillon créé, visible à la surface de l’eau, réduisent l’épaisseur de la glace au bout de la pointe Langevin. Un peu plus de 400 000 $ ont été investis dans ces études jusqu’à maintenant et d’autres analyses devront être effectuées, confirme la porte-parole de Rio Tinto. 

« Il faut continuer nos études, car on doit trouver une solution durable à cette situation. On ne souhaite pas que les lieux soient fermés tous les ans », précise Xuân-Lan Vu, indiquant que les problèmes résultent d’un phénomène naturel.