Les vents des derniers jours ont augmenté l’érosion de la pointe Langevin. De nouveaux propriétaires devront être expropriés.

Pointe Langevin: des reculs de 15 mètres à certains endroits depuis le printemps

La pointe Langevin à Dolbeau-Mistassini a reculé de 15 mètres à certains endroits, depuis le printemps dernier. La maison d’un propriétaire évincé devra par ailleurs être détruite, probablement cet hiver, pour éviter qu’elle ne se retrouve à l’eau.

En regardant le terrain de son voisin qui a été exproprié en février dernier s’éroder constamment, Serge Provencher a déjà commencé à faire le deuil de sa résidence permanente. « Le terrain voisin s’est érodé de 25 à 50 pieds depuis le printemps, dit-il. D’après moi, je vais être encore bon pour rester chez moi l’été prochain et je vais y rester tant que je ne serai pas évincé. » Les forts vents du 10 novembre dernier ont causé d’importants dégâts et des arbres ont été déracinés.

Même si la plage a reculé un peu devant chez lui, le terrain de Serge Provencher n’a pas été touché par l’érosion. Mais dès que les dommages atteindront son terrain, il pourra faire la demande au « programme général d’aide financière lors de sinistres réels ou imminents » de la Sécurité publique du Québec. « Ça va nous permettre d’aller chercher 200 000 dollars sur une maison qui en vaut 350 000 », ajoute l’homme. Après avoir vécu la colère et la tristesse, Serge Provencher et sa conjointe ont accepté la situation. « On ne veut pas se rendre malade à cause de ça », dit-il.

L’érosion poursuit son oeuvre.

Lorsqu’il devra quitter sa maison, il compte louer un autre chalet dans le secteur, pour se donner le temps de planifier les prochaines étapes.

Seules les résidences principales sont couvertes par le programme d’aide gouvernemental. Étant donné que la plupart des bâtiments du secteur sont utilisés comme résidence secondaire, les propriétaires n’ont pas accès à des dédommagements, comme ce fut le cas de Steve Allard, le voisin de Serge Provencher.

Le maire de Dolbeau-Mistassini, Pascal Cloutier, souhaite toutefois trouver une solution à cette problématique, en travaillant avec Rio Tinto et le gouvernement du Québec dans le but de mettre sur pied un fonds d’indemnisation pour les propriétaires de résidences secondaires. La Ville participerait aussi à l’effort en payant les frais de relocalisation ou de démolition pour une somme maximale de 50 000 dollars.

Photo prise le 4 novembre.

« Rio Tinto a déjà annoncé qu’ils sont intéressés à participer et on veut maintenant que le gouvernement s’engage à participer au fonds, en trouvant des sommes, comme ils l’ont fait à Saguenay, pour régler un problème d’érosion », souligne Pascal Cloutier. Le premier magistrat souhaite aussi que le gouvernement investisse pour trouver une solution durable au problème, en soulignant au passage que deux millions de dollars ont été investis pour protéger l’île Boulianne, dans le parc national de la Pointe-Taillon. « Pourquoi la pointe Langevin n’est pas incluse dans le même dossier ? », demande-t-il.

La maison de Steve Allard devra être détruite avant de tomber dans l’eau. Cette photo a été prise le 4 novembre.
Photo prise le 4 novembre.
La maison devra être détruite au cours des prochains mois.
Photo prise le 4 novembre.
La maison de Steve Allard devra être détruite avant de tomber dans l’eau.