Malgré la crise forestière qui touche toujours l'industrie régionale, le nombre d'emplois au Saguenay-Lac-Saint-Jean a augmenté de 5,5% depuis dix ans.

Plus d'emplois qu'il y a dix ans

Contrairement à ce que plusieurs personnes pourraient penser alors que la crise forestière continue de frapper, le nombre d'emplois est à la hausse depuis dix ans au Saguenay-Lac-Saint-Jean.
C'est ce qui ressort d'une compilation de données effectuée pour Le Quotidien par Clément Desbiens, directeur de la planification et du soutien aux opérations à Emploi Québec Saguenay-Lac-Saint-Jean.
Selon les chiffres publiés par Statistique Canada pour le mois de septembre, il y avait 128 100 personnes à l'emploi dans la région. Pour pouvoir comparer avec la situation il y a dix ans, M. Desbiens a compilé des moyennes sur trois ans en se servant des données désaisonnalisées, pour éviter l'impact des emplois temporaires liés au climat. En incluant les années 2014 et 2015, il en résulte une moyenne de 126 600 emplois au mois de septembre. En poursuivant l'exercice avec les années 2002 à 2004, M. Desbiens en arrive à une moyenne de 120 000 emplois pour ces trois années. Il s'agit donc d'une hausse nette de 5,5% depuis dix ans.
«Ça dénote une amélioration du marché du travail. Mais la croissance est un peu plus faible que la moyenne au Québec», a indiqué M. Desbiens.
De plus, autre fait surprenant, la hausse du nombre d'emplois ne s'explique pas uniquement par une hausse des postes à temps partiel. Pour les années 2002 à 2004, la moyenne de postes à temps plein s'élevait à autour de 94 000. La même moyenne pour les années 2014 à 2016 se situe à 100 000, soit une augmentation de 6,4%. On ne peut donc utiliser l'argument unique de la précarisation des postes pour expliquer la hausse du nombre d'emplois.
Vieillissement
En septembre, le taux de chômage se situait à 6,9% pour l'ensemble de la région, ce qui est relativement faible. «Aujourd'hui, la compétition pour les postes est moins grande. Les chances de se trouver un emploi sont meilleures. Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, le vieillissement de la population est un peu plus fort. Les départs à la retraite, ça génère beaucoup d'occasions d'emplois», a poursuivi le fonctionnaire. Ainsi, la baisse du taux de chômage s'explique par une hausse du nombre d'emplois jumelée à une baisse de la population active.