En 2015, les producteurs laitiers de la région ont produit 147 millions de litres.

Plus de lait, mais moins de revenus en 2015

Les 326 producteurs laitiers du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont encaissé une baisse de revenus de 3,1% en 2015, et ce, malgré une hausse de production de 2,1% de leurs troupeaux. L'optimisme est tout de même de mise pour l'année 2017 en raison d'un raffermissement des prix de l'hectolitre de lait constaté l'an dernier.
Selon les plus récentes données publiées avant les Fêtes par l'Institut de la statistique du Québec, combinées à celles de la Fédération des producteurs de lait du Québec pour l'année 2015, les producteurs laitiers ont enregistré des recettes brutes de 119,3 M$ générées par la vente de 1,5 million d'hectolitres de lait. Le prix moyen net payé (après avoir soustrait les frais de mise en marché) s'est situé à 73,27$/hectolitre, en régression comparativement au prix payé de 77,42$ en 2014. Soulignons que le prix payé cette année-là avait atteint un sommet depuis cinq ans.
Ces chiffres démontrent que le portrait de la production laitière continue de changer dans la région.
La baisse du nombre de fermes laitières sur le territoire est combinée à une croissance du volume de lait dans un contexte de baisse de prix, explique Joanie Tremblay, conseillère et coordonnatrice à l'Union des producteurs agricoles du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
En 2010-2011, selon l'année laitière se terminant le 31 juillet, la région comptait 346 producteurs comparativement à 324 en 2014-2015. Ceux-ci détenaient des quotas de production totalisant 14 927 kilos de matière grasse comparativement à 15 269 kilos en 2014-2015.
«On constate que pour obtenir les mêmes revenus, les producteurs doivent détenir plus de quotas», explique-t-elle.
Mme Tremblay précise que les prix du lait sont fixés selon l'utilisation qu'en font les transformateurs en fonction de certains critères comme les teneurs en matières grasses, protéines, lactoses et autres solides. Le prix mondial du lait et les enquêtes sur les coûts de production réalisés par la Commission canadienne du lait entrent également en ligne de compte.
Dans ce contexte, plusieurs producteurs de la région ont tout simplement décidé de démanteler leur entreprise agricole en liquidant leurs actifs et en revendant leurs quotas à l'Office de commercialisation du lait, laquelle les revend sur le marché à travers la province. C'est ce qui explique la baisse du nombre de producteurs sur la scène régionale.
Optimisme
En regard de ce qui s'est passé pendant l'année 2016 avec un raffermissement des prix, le président régional du Syndicat des producteurs de lait du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Daniel Côté, croit qu'il y a lieu d'être optimiste pour 2017.
«En 2014, nous avons obtenu de bons prix parce qu'on a vendu beaucoup de produits à valeur ajoutée dans une année où les prix mondiaux étaient à la hausse. En 2015, il y a eu une baisse de prix parce qu'on a effectué moins de ventes dans des classes de produits où les prix mondiaux étaient intéressants.» La baisse de prix a entraîné certains producteurs à accroître les volumes de lait pour compenser la baisse de prix.
Même si l'année 2016 vient à peine de se terminer, M. Côté note qu'elle se démarque par un raffermissement des prix de l'hectolitre. En 2017, les producteurs devraient donc bien s'en tirer. Le prix moyen en mai dernier se situait à 77,89$/hectolitre. Malgré tout, M. Côté croit que les agriculteurs doivent rester vigilants afin de surveiller le laxisme dans l'application de la réglementation (une référence au lait diafiltré), au dumping et à la préservation du système de gestion de l'offre.
Le nouveau contexte devrait se traduire dans la région par la concrétisation de quatre à cinq projets d'une valeur variant entre 1 M$ et 3 M$ pour l'expansion de fermes existantes, l'amélioration du confort animal avec la stabulation libre.
M. Côté note que depuis mai dernier, les producteurs sont au maximum de leur production, selon les quotas accordés, une situation qui n'est pas habituelle.