Plus de 1200 arbres plantés au Lac-Saint-Jean

Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Plus de 1200 arbres ont été plantés aux quatre coins du Lac-Saint-Jean, au cours des dernières semaines. L’initiative, rendue possible grâce à la collaboration financière d’Arbre-Évolution Coop de solidarité, aura permis de préserver une bande riveraine à Lac-Bouchette, de végétaliser des espaces publics de Roberval et de reverdir une portion de piste cyclable à Alma.

Le programme de reboisement social d’Arbre-Évolution permet de soutenir des initiatives de verdissement provenant du public grâce à des fonds qui découlent de crédits carbone.

Le programme créé en 2014 réalise des opérations de séquestration du Co2 pour des individus et des entreprises dont l’objectif est de réduire leur impact écologique. De leur côté, les municipalités peuvent aussi déposer des demandes de reboisement. « Notre modèle mise sur l’appropriation des projets par le milieu. C’est donc très important pour nous que les plantations répondent à de réels besoins communautaires. Selon nous, c’est la clé », affirme Thomas Hiessler, chargé de projets pour Arbre-Évolution.

La collaboration financière de la coopérative pour les projets d’Alma, Roberval et de Lac-Bouchette s’élève à plus de 10 000 $. La majorité de cette somme découle de l’achat d’arbres en ligne par des citoyens (www.calculcarbone.org).

Le financement du projet d’Alma a été rendu possible, en grande partie, par la participation de l’entreprise Nutrite Belle Pelouse et le réseau d’experts dont elle fait partie. Cela aura permis de planter près de 400 arbres en bordure de la piste cyclable le long du ruisseau rouge, à la hauteur du boulevard Auger Ouest. «Notre volonté est d’offrir un milieu de vie toujours plus sain et écologique. L’aide d’Arbre-Évolution nous a été très bénéfique», explique Benoît Poiraudeau, d’Alma en transition.

Six parcelles ont été reboisées à Roberval, dont un sentier de la rue Moreau, une haie brise-vent en bordure d’une avenue en plus de préparer la régénération sur des lots. La ville a d’ailleurs contribué au projet à la hauteur de quelques milliers de dollars. Une bande riveraine de près de 350 mètres située en bordure de la rivière Qui-Mène-du-Train de Lac-Bouchette a également été végétalisée grâce à ce projet.

Le programme de reboisement social lancera, d’ici quelques jours, un appel de projets.