La bibliothèque d'Arvida devrait recevoir un investissement de 5 millions $, lequel lui permettra de retrouver ses lettres de noblesse. Le bâtiment devrait ainsi retrouver son cachet d'antan.

Pluie d'investissements à Arvida

Le centre-ville d'Arvida connaît un boom sans précédent. De nombreux projets nécessitant l'injection de deniers publics figurent actuellement dans les cartons de Saguenay et du gouvernement du Québec. Si tout se concrétise, le Carré Davis aura reçu près de 30 millions $ en moins de 10 ans pour poursuivre sa cure de jouvence et attirer de nouvelles entreprises.
Si certains citoyens ont eu l'impression que la fusion municipale de 2002 a laissé Arvida en plan, force est de constater que l'ancienne ville n'a pas perdu au change. Désigné comme lieu patrimonial à protéger par les autorités municipales en 2010, le quartier Sainte-Thérèse, qui se veut le coeur d'Arvida, connaît une effervescence marquée. Les sommes investies par l'administration municipale dans ce secteur ne sont pas étrangères à la démarche de reconnaissance patrimoniale amorcée il y a quelques années. Le quartier considéré comme le berceau de l'aluminium a aussi reçu une désignation officielle de la part du gouvernement fédéral en 2012. La CORPA, l'organisme qui chapeaute les interventions en lien avec le patrimoine, aimerait éventuellement obtenir un titre conféré par l'UNESCO.
Depuis 2008, près de 10 millions $ ont été injectés pour la refonte du Foyer des Loisirs et du quartier général de la Sécurité publique de Saguenay (SPS), situé dans l'ancien hôtel de ville d'Arvida. Une fois les travaux de rénovation de la piscine terminés ce printemps, le complexe sportif se sera refait une beauté à hauteur de 7,4 millions $. Quant au poste de police, qui regroupe désormais tous les effectifs de Saguenay, la ville a mis 3,1 millions $ pour l'ajout d'une aile. D'autres investissements devraient suivre, puisqu'il est aussi question de revoir l'escalier extérieur et de permettre à l'oeuvre de Karol Proulx ornant la façade du bâtiment de retrouver sa visibilité. Pour le conseiller municipal Carl Dufour, le regroupement de la SPS en plein coeur d'Arvida a eu un effet non négligeable sur le commerce et la vitalité du petit centre-ville. Le commerce se porte bien et de nouvelles boutiques ont pignon sur rue.
«On a fait une restauration pure du l'ancien hôtel de ville d'Arvida. C'est en plein ce qu'on veut faire au Carré Davis», rappelle le conseiller, qui fait référence au plan d'intégration et d'implantation architecturale dont Arvida s'est dotée.
C'est d'ailleurs dans cette optique que la bibliothèque municipale se trouve en lice pour l'obtention d'une importante subvention gouvernementale qui lui permettra de retrouver ses lettres de noblesse. Sise entre les murs d'un ancien supermarché dont les plans ont été dessinés en 1944 par la firme d'architectes Feterstonhaugh et Durnford, la bibliothèque possède une valeur patrimoniale importante, mais se trouve dans un état de décrépitude. Saguenay a sollicité le ministère de la Culture et des Communications du Québec (MCCQ) pour qu'il assume la moitié des coûts d'un projet de modernisation évalué à 3,8 millions $. Carl Dufour croit que les choses augurent bien et que le gouvernement s'est montré intéressé à redonner à ce bâtiment son aspect d'origine. L'échevin signale que le dossier de la bibliothèque, qui devrait connaître des développements en 2014, pourrait même atteindre 5 millions $. «C'est l'immeuble phare du Carré Davis. Ce sera un joyau patrimonial», signale l'échevin.