L’accident survenu au Mont Lac-Vert d’Hébertville en janvier 2019 aurait pu être évité - Archives, le Quotidien
L’accident survenu au Mont Lac-Vert d’Hébertville en janvier 2019 aurait pu être évité - Archives, le Quotidien

Planchiste décédé au Mont Lac-Vert : la vitesse en cause

Katherine Boulianne
Katherine Boulianne
Le Quotidien
L’accident survenu en janvier 2019 au Mont Lac-Vert, qui a causé le décès de Maxime Côté-Girard, avait provoqué une onde de choc chez les amateurs de sports de glisse de la région. Selon le rapport de la coroner publié mercredi, la mort du planchiste aurait pu être évitée.

Dès son arrivée à la station de ski, le matin du 4 janvier, Maxime Côté-Girard veut immédiatement se rendre au saut «Big Air» du parc à neige. Il emprunte donc la piste qui l’y conduit. Lorsque le planchiste expérimenté dépasse ses amis, ceux-ci craignent déjà qu’il se blesse, puisqu’il arrive beaucoup trop rapidement.

« Sans connaître la vitesse exacte à laquelle M. Côté-Girard dévalait la pente lorsqu’il a amorcé son saut, le fait qu’il ait dépassé la zone d’atterrissage démontre qu’il allait trop vite. C’est probablement pour cette même raison, ou une fausse manoeuvre, qu’il n’a pas pu arrêter son mouvement de rotation et s’est retrouvé la tête en bas au moment d’atterrir », peut-on lire dans le rapport de la coroner Francine Danais.

Pour celle-ci, la mort de Maxime Côté-Girard, à la suite du traumatisme cervical subi lors de sa chute, aurait pu être évitée.

L’absence d’un casque de protection chez le planchiste n’est toutefois pas indiqué comme facteur ayant contribué au décès, même si le port de celui-ci aurait amélioré ses chances de survie, selon Me Danais.

Bien que la coroner ait noté la présence d’alcool dans le rapport toxicologique effectué chez le jeune homme, Francine Danais ne croit pas que le niveau détecté l’ait mis dans une situation de facultés affaiblies, même s’il a pu affecter les capacités du planchiste d’une autre façon.

«Le taux d’alcool était suffisant pour créer un état d’augmentation de la confiance en soi et une diminution des inhibitions, ce qui aurait pu contribuer à sa témérité», indique-t-elle dans son rapport.

Une meilleure signalisation

Les informations recueillies lors de l’enquête démontrent que la station de ski Mont Lac-Vert avait bien vérifié la conformité et la sécurité de ses installations.

La coroner recommande toutefois de modifier l’entrée du parc à neige afin de forcer les utilisateurs à freiner ou ralentir avant d’amorcer un saut. Elle suggère également à la station de ski de remplacer leur panneau de règlements afin d’y inclure des pictogrammes.