Celui qui a lancé la pétition en faveur des grands projets industriels tels que ceux de BlackRock et Énergie Saguenay, Pierre Charbonneau, a été victime de menaces via Facebook.

Pierre Charbonneau porte plainte pour des menaces

L’instigateur de la pétition en faveur des grands projets industriels au Saguenay, Pierre Charbonneau, a porté plainte à la police de Saguenay, après avoir été la cible de menaces via Facebook. Un individu a écrit qu’il allait « lui faire la peau, tout comme à eux qui vont être sur ce projet. » « Je vais aller me chercher un gun pis paff, je vais tous vous tirer », a-t-il écrit.

Les événements se sont produits aux alentours du 27 avril dernier. Pierre Charbonneau, qui est chargé de cours à l’Université du Québec à Chicoutimi, avait donné une entrevue à Radio-Canada, lorsqu’il avait déposé sa pétition de 10 000 noms. Cette pétition avait été lancée pour que les projets de BlackRock, Arianne Phosphate et Énergie Saguenay se concrétisent.

Losque l’article a été partagé sur Facebook, plusieurs internautes ont écrit leur opinion, notamment cet individu menaçant. « Pierre Charbonneau, donc c’est toi le trou de cul à qui il faut que j’en veuille [...] encore un apprenti ingénieur qui ne connaît rien au ravage de la déforestation. [...] Viens me voir, tu vas voir, je vais te faire la peau [...] je vais aller me chercher un gun pis paff je vais tous vous tirer gang de crétins, ça ne passe pas, c’est zéro environnement », a écrit l’internaute. (NDLR Le Quotidien a toutefois corrigé les fautes du message initial).

Lorsque Pierre Charbonneau a lu ce message, il s’est dit que les propos tenus étaient intolérables. Il a donc fait appel à la police, afin de porter plainte.

« Quand ça dérape comme ça, c’est tolérance zéro. Je ne me suis pas senti en danger de mort, mais on ne sait jamais », a indiqué M. Charbonneau, précisant que l’individu en question n’a rien à voir avec les groupes d’opposants aux grands projets industriels, comme la Coalition Fjord. « Les opposants sont respectueux, il s’agit là d’un dérapage, d’un internaute indésirable. Je me suis dit que ce genre de propos devaient être dénoncés », a ajouté Pierre Charbonneau.

Selon M. Charbonneau, l’individu menaçant aurait été rencontré par les policiers de Saguenay et le dossier serait maintenant sur le bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP). On ignore donc encore si des accusations seront déposées. Joints par Le Quotidien, ni le Service de police de Saguenay ni le DPCP n’ont voulu commenter les événements.

Quant au message haineux, il avait rapidement été supprimé. Le Quotidien a toutefois obtenu une capture d’écran du message en question.