Richard Martel a rencontré des représentants syndicaux des fonctionnaires fédéraux qui sont aux prises avec des problèmes de paie dus au système Phénix. Le député a donc invité dans son bureau Sébastien Tremblay, Marc Maltais, Sonia Lapointe et Marc-André Gobeil, afin de voir ensemble les solutions qu’il pourrait apporter.

Phénix: Martel à l’écoute des fonctionnaires

Le député fédéral de Chicoutimi-Le-Fjord Richard Martel a rencontré le président du conseil régional de l’Alliance de la fonction publique du Canada, Marc-André Gobeil, pour parler des problèmes de paie liés au système Phénix. À la suite de cette rencontre, samedi après-midi, les deux parties semblaient très satisfaites de leurs échanges.

Dans la journée, M. Gobeil et une trentaine d’employés se sont joints à lui, pour manifester devant le bureau de M. Martel, pendant quelques heures, afin de montrer leur mécontentement face aux nombreux problèmes de paie liés au système Phénix. Plusieurs employés de la région seraient touchés. 

« Ça touche certains membres du personnel du Centre fiscal de Jonquière, de la base de Bagotville, des services fiscaux de l’Agence du Revenu du Canada de Chicoutimi, et de Services Canada », a donné comme exemple M. Gobeil, rencontré à sa sortie du bureau de M. Martel par Le Quotidien. 

Plusieurs employés n’auraient pas été payés et devraient recevoir des sommes de plus de 5000 $, tandis que d’autres l’ont été, mais doivent redonner une partie de leur argent, selon le député.

Quelques représentants syndicaux et le président du conseil régional ont rencontré M. Martel dans son bureau, pour parler de leurs problèmes. « C’était une très belle rencontre, M. Martel était très ouvert et déjà bien au courant des problèmes de paie. C’est notre nouveau député, et notre interlocuteur à Chicoutimi. Il est important pour nous d’établir des liens avec lui », a commenté le président du conseil régional du syndicat.

Le député Richard Martel a affirmé qu’il comprenait la frustration de ces employés et qu’il allait tenter de les aider au mieux de ses capacités. « Je les comprends d’avoir manifesté, c’est comme ça que ça devrait être. Notre bureau, nous allons être à l’écoute et nous allons essayer de les aider. Nous allons travailler pour acheminer leur dossier une étape plus loin », a ajouté le député. Il est important pour lui d’être au fait des problématiques des citoyens qui l’ont élu, précise-t-il.

Une clinique de passeports à L’Anse-Saint-Jean

Le député de Chicoutimi-Le-Fjord avait passé une partie de sa journée à sa clinique de passeports, une nouveauté qu’il a essayée à L’Anse-Saint-Jean. Son équipe et lui invitaient les gens à venir remplir leurs demandes de passeport avec eux, afin qu’ils aient des réponses rapidement à leurs questions. Ils pouvaient aussi prendre leur photo officielle. 

« En faisant les démarches pour leur passeport, les gens rencontrent souvent un paquet de trouble. À Petit-Saguenay, ils doivent faire une heure de route pour venir au bureau de Chicoutimi, et s’ils oublient quelque chose, ils sont obligés de retourner chez eux et peuvent finir par abandonner le processus. Nous, nous sommes allés à L’Anse-Saint-Jean pour aider ces gens-là », a-t-il raconté. En plus, cette expérience lui a permis de rencontrer les citoyens, ce qu’il ne fait plus beaucoup alors qu’il passe beaucoup de temps à Ottawa. Il était extrêmement satisfait du projet et compte le faire à nouveau.