Le président et chef de la direction de produits forestiers Résolu Yves Laflamme
Le président et chef de la direction de produits forestiers Résolu Yves Laflamme

PFR: Yves Laflamme satisfait de l’annonce de la réforme du régime forestier

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
Le président et chef de la direction de produits forestiers Résolu, Yves Laflamme, constate avec satisfaction que le premier ministre François Legault a donné suite à ses promesses de campagne électorale en s’engageant dans une réforme du régime forestier québécois. Il a comme ambitieux objectif de déposer une nouvelle mouture de la loi dès l’automne.

M. Laflamme considère que l’échéancier fixé par le premier ministre est particulièrement serré. Toutefois, il ne s’agit pas pour lui d’un problème, puisque le plus important était d’obtenir un engagement de la part du gouvernement du Québec à procéder à des modifications. La mise en place de ce nouveau régime forestier sous le gouvernement de Jean Charest avait propulsé le coût de la fibre québécoise parmi les plus élevés dans le monde.

« Ils ont pris un engagement en campagne électorale et ils suivent cet engagement. C’est intéressant puisque le coût de la fibre au Québec est un enjeu important », a ajouté Yves Laflamme, dans un entretien avec Le Progrès.

Plusieurs craignent que la décision de Québec de revoir le régime forestier afin de trouver des solutions au coût de la fibre puisse raviver les visées protectionnistes de l’industrie du sciage aux États-Unis. Yves Laflamme, qui connait bien les sensibilités de ce pays, croit que même si les Américains ne le diront pas ouvertement, ce n’est pas le régime forestier québécois qui les dérange. Il le voit bien. « On paye des taxes et on exporte quand même. Ce qu’ils veulent, c’est que nous soyons les premiers à fermer quand il y a une crise. »

Certains industriels préféreraient des ajustements à l’intérieur du régime actuel comme la gestion sur 5 ans des garanties d’approvisionnement, au lieu de répartir également le volume par année pendant la même durée de temps. Sur ce point, le patron de Résolu indique que le ministère a entre les mains toutes les informations nécessaires pour travailler à la modification du régime afin de faire diminuer le coût de la fibre.

Des projets pour la relance

Lors de sa dernière tournée dans la région et son passage sur la Côte-Nord, le premier ministre du Québec François Legault a lancé un appel aux grands de l’industrie. Il a clairement laissé entendre que le gouvernement du Québec est disposé à lever la main si des entreprises comme Rio Tinto ou Résolu ont des projets d’investissements pour aider la relance économique de la province.

Yves Laflamme a très bien entendu le message du premier ministre, à deux reprises. Il a pris le temps d’écouter les conférences de presse et n’a pas été surpris par l’offre publique de François Legault.

« On le sait très bien puisque nous parlons régulièrement au gouvernement du Québec. Une entreprise comme Résolu a toujours des projets d’investissement dans ses cartons que ce soit pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean ou ailleurs au Canada ou aux États-Unis. Dans la région, nous réalisons à Kénogami le projet du papier surcalandré et la fibre cellulosique. On a débuté la seconde phase des serres Toundra à Saint-Félicien », rappelle Yves Laflamme.

La papetière vise l’intégration dans les trois grands secteurs que sont la pâte commerciale comme Saint-Félicien (pâte Kraft), le bois d’œuvre et le papier tissu. Elle a aussi des activités dans le secteur du papier qui est en baisse constante année après année. Mais Yves Laflamme insiste pour dire que malgré cette baisse, il restera des machines à papier.

« C’est à ce moment que c’est important dans l’analyse de mesurer les différents éléments. Ce qui comprend aussi le coût de la fibre pour approvisionner nos usines », a-t-il ajouté.

Il est difficile pour le moment de déceler les intentions de l’entreprise. Yves Laflamme admet qu’avec la pandémie, l’analyse des projets n’est pas une mince affaire en raison de toute l’incertitude qui plane quant à la nature de la reprise qui se dessine.

Résolu a procédé à l’achat de trois scieries aux États-Unis avec des perspectives d’un marché intéressant. Après l’achat, le prix du bois a commencé à baisser sérieusement. Soudainement, la pandémie a donné un regain de vie exceptionnel au marché de la rénovation pour relancer les prix à la hausse avec pratiquement des pénuries dans certains produits spécialisés comme le bois traité.