Pétition de professeurs de l'UQAC contre GNL Québec: le nombre de signataires toujours inconnu

Laura Lévesque
Laura Lévesque
Le Quotidien
Trois jours après la rédaction d’une lettre d’opposition à l’endroit de GNL Québec par cinq professeurs et un chargé de cours de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), il est toujours impossible de connaître le nombre de signataires. Les rédacteurs préfèrent laisser le temps aux employés de prendre connaissance du contenu avant de sortir publiquement à ce sujet.

La lettre de cinq pages est destinée aux chargés de cours, professionnels et professeurs de l’UQAC. Les gens sont invités à la signer, en signe de contestation au projet industriel évalué à plusieurs milliards de dollars.

« Nous voulons que le processus à l’interne se fasse avant de parler publiquement de la lettre, du contenu et des appuis. Il faut donner le temps aux gens de lire le contenu, de réfléchir aussi. Nous pourrons ensuite discuter publiquement du sujet et de nos solutions », répond Ian Segers, chargé de cours en éco-conseil et un des rédacteurs de la lettre.

Les rédacteurs ont demandé aux trois syndicats de relayer la pétition à leurs membres. Les représentants syndicaux ont envoyé le lien de la lettre, sans toutefois prendre position sur le sujet.

« Afin de respecter l’opinion personnelle de chacun de ses membres, le syndicat préfère ne pas prendre position », peut-on lire dans le courriel envoyé aux professionnels par leur syndicat.

L’Université du Québec à Chicoutimi compte environ 630 professeurs, chargés de cours et professionnels.