Marie Elaine Riou agit à titre de directrice générale de REGARD depuis 2015. Celle qui est installée à Saguenay depuis 2012 a encore beaucoup de projets pour faire rayonner le cinéma dans la région.

Toujours se réinventer

La 22e édition de REGARD qui vient de prendre fin a dépassé toutes les attentes avec une augmentation de 18% de son achalandage et la présentation de 32 de ses 77 activités à guichets fermés. Dans les coulisses, Marie Elaine Riou, directrice générale, était tout sourire, elle qui savourait le résultat de mois de travail. Elle compte bien continuer de célébrer le court métrage longtemps, mais elle caresse aussi d’autres projets pour la région qui l’a accueillie il y a maintenant six ans. Sa mission: faire rayonner le cinéma. Voici le portrait de Marie Elaine Riou, Personnalité du mois Le Progrès/ICI Radio-Canada.

Lorsqu’elle est arrivée à la tête de REGARD après le départ de Ian Gailer en 2015, Marie Elaine Riou était bien consciente qu’elle avait de grands souliers à chausser. Trois ans plus tard, elle a prouvé qu’elle pouvait relever le défi haut la main. Les salles sont remplies, REGARD figure sur la liste des principaux festivals de films courts en Amérique du Nord, et la compétition est même devenue une porte d’entrée pour les Oscars. 

Marie Elaine Riou n’avait jamais mis les pieds à Saguenay avant de se joindre à l’équipe de REGARD en 2012. Elle venait de terminer des études en Stratégies de production culturelle et médiatique à l’Université du Québec à Montréal et avait des études en production cinématographique réalisées à Barcelone en poche. 

La Rimouskoise d’origine s’était installée à Montréal pour être près du milieu du cinéma où elle s’imaginait travailler en production. Elle a envoyé des C.V. un peu partout, puis REGARD s’est manifesté. 

« J’aime faire de nouvelles choses. J’avais le goût de découvrir quelque chose. Je suis arrivée à Saguenay pour mon premier jour à REGARD », raconte celle qui affirme que la région a été très accueillante.

Marie Elaine Riou a été embauchée à titre d’adjointe à la programmation et de responsable du marché du court. Elle avait un contrat de six mois. Six ans plus tard, elle est toujours là. 

Elle a agi à titre d’adjointe pendant trois ans. Puis, Ian Gailer a annoncé son départ. La direction générale par intérim lui a été confiée. 

« Juste avant que la période d’appel de candidatures se termine, j’ai décidé de postuler. Ce n’est pas mon genre de ne pas essayer des choses. »

Elle a pris la tête de REGARD en 2015. « Ça s’imposait dans l’esprit de continuité que ce soit quelqu’un de l’équipe qui prenne le relais. Ça allait bien. Il fallait continuer dans la même voie. »

Depuis, elle se fait un devoir de poursuivre la mission du festival tout en le réinventant année après année. 

Plusieurs réalisations font sa fierté, notamment la création de deux postes à temps plein supplémentaires. « On est maintenant trois à l’année, et ça ne s’arrêtera pas là. Ça prendrait une équipe de cinq personnes. »

La directrice générale est aussi fière de positionner REGARD dans le circuit des festivals importants. « Chaque fois que des gens appellent pour me dire qu’ils achètent des billets d’avion pour venir au festival, ça me rend fière. La reconnaissance du festival me rend fière. »

La réponse du public fait aussi grand plaisir à Marie Elaine Riou. « Les salles comme on voit à REGARD, il y en a très peu le reste de l’année. Je suis très heureuse des salles qu’on offre aux réalisateurs. »

La directrice générale est tout de même loin d’avoir l’intention de s’asseoir sur ses lauriers. 

« Le défi est d’aller dans la continuité et de toujours se réinventer. Il faut faire en sorte que les gens se sentent proches du festival, continuer de maintenir leur intérêt. Il faut absolument rester accessible. »

Son équipe et elle envisagent ajouter des places en salles et de réaménager la grille horaire pour que l’offre réponde à la demande. 

Elle se voit à REGARD encore longtemps, entourée de son équipe en pleine croissance. 

« Je travaille sur les trois prochaines éditions. J’ai encore des choses à amener, encore des défis à relever. Je suis bien entourée. Ça rend mon travail plus agréable et facile. »