L’attaquant des Saguenéens Vincent Tremblay-Lapalme a été honoré lors du dernier gala des Rondelles d’or de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, quittant la soirée avec le trophée de joueur humanitaire, pour son implication.

Donner son 110%... dans son milieu

Pour ceux qui gravitent autour des Saguenéens de Chicoutimi de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, le sourire de l’attaquant Vincent Tremblay-Lapalme fait partie de leur quotidien.

« Je suis un gars tout le temps heureux », mentionne le sympathique vétéran de 18 ans et plus récent récipiendaire du trophée humanitaire lors du gala des Rondelles d’or, le mois dernier. 

« J’arrive le matin à l’aréna en étant heureux, ce qui a un effet d’entraînement. Quand les gars embarquent sur la patinoire, tout le monde est content. Ça fait partie du rôle de leader dans le vestiaire », fait valoir Vincent Lapalme, dont la personnalité et le charisme passent rarement inaperçus. En troisième secondaire, il avait été nommé personnalité de l’année au Collège Letendre de Laval. Deux ans plus tard, alors qu’il évoluait dans le midget AAA, avec le Rousseau-Royal de Laval–Montréal, il avait également organisé une journée complète pour des jeunes vivant avec un handicap, afin de leur faire vivre le quotidien d’un joueur de hockey. 

« C’est une récompense que je n’attendais pas et je ne l’ai pas fait pour ça non plus. Une récompense, c’est toujours agréable à recevoir, et je suis content de pouvoir faire du bien autour de moi, même sans les prix », de laisser tomber Vincent Lapalme sur sa distinction. Il a devancé au scrutin Thomas Grégoire, du Phoenix de Sherbrooke, et Charle-Édouard D’Astous, de l’Océanic de Rimouski. 


« C’est une récompense que je n’attendais pas et je ne l’ai pas fait pour ça non plus. Une récompense, c’est toujours agréable à recevoir, et je suis content de pouvoir faire du bien autour de moi, même sans les prix.  »
Vincent Tremblay-Lapalme

Lors de la dernière saison, sa deuxième à Chicoutimi, Vincent Lapalme a participé à bon nombre d’activités. Sans aucun doute, le Défi têtes rasées de Leucan, qui a permis d’amasser 8000 $, a été celle de la plus grande envergure. Tout est parti d’une simple idée lancée avec son ancien coéquipier et capitaine de l’époque Olivier Galipeau. Finalement, l’idée a fait boule de neige, même à travers la ligue, quand les joueurs du Phoenix de Sherbrooke ont emboîté le pas quelques semaines plus tard, amassant à leur tour 6800 $. 

« Pour les gars dans une équipe de hockey, la beauté est importante ; on ne se le cachera pas. Quinze joueurs sur 23 ont accepté de se faire raser pour la cause. On avait mis un minimum de 100 $, et la plupart ont amassé plus de 500 $. À lui seul, Zachary Lavigne est allé chercher 1000 $ », souligne Vincent Lapalme, qui n’hésite pas à rendre crédit à ses coéquipiers. 

« Le faire seul, c’est plus plate. Quand tu proposes quelque chose et que dix coéquipiers embarquent, au lieu de deux, c’est beaucoup plus agréable. On fait une pierre deux coups, alors qu’on fait une bonne action, en plus de faire une activité qui aide à la chimie d’équipe », de confier le natif de Laval, qui a pris part à d’autres événements, allant du Club des petits déjeuners à une collecte de sang, sans oublier d’autres activités avec les partisans.

Avant la période des Fêtes, avec quelques coéquipiers, Vincent Lapalme a également rendu visite au jeune Mathieu Corbin, grièvement blessé quelques mois plus tôt dans un accident. Le jeune homme a ensuite été invité à une partie des Sags, en plus d’avoir le privilège de faire une visite du vestiaire. 

Le lauréat a également des idées pour la saison prochaine. « Je suis toujours le premier gars qui dit oui à toutes les demandes », annonce fièrement le numéro 37, qui a cumulé 23 points en 64 rencontres la saison dernière. 

« Comme je suis dans la vie, j’embarque dans ce que je fais pour me surpasser. Je ne vais pas là de reculons », d’insister Vincent Lapalme, qui entend se diriger en administration à l’université.