Avec tous les succès obtenus lors de la 50e édition du 15 km des Pichous, le président du comité organisateur, Mario Boily, a plein d’idées pour pousser vers de plus hauts sommets.

50 ans et encore plein de projets pour les Pichous

La 50e édition du 15 km des Pichous aura été celle de presque tous les records, car seuls ceux de Phil Laheurte et d’Hélène Rochefort tiennent toujours. «Mais ce n’est que partie remise», lance avec conviction Mario Boily, qui nourrit de grandes ambitions pour l’événement qui a célébré un demi-siècle d’existence.

Président du comité organisateur du 50e, Mario Boily voit grand pour ce rendez-vous des amateurs de course. «Personne ne me croyait quand je disais qu’on pouvait attirer 2000 coureurs. Même mes collègues du comité organisateur étaient sceptiques. Mais moi, je travaillais pour ça et j’étais très confiant.»

Le président Boily vise maintenant la barre des 3000 participants. Un objectif qui peut paraître ambitieux, mais pas tant que ça quand on sait qu’il a dû refuser environ 600 coureurs/marcheurs pour le 50e. Les 2080 places disponibles ont en effet trouvé preneur en un temps record, si bien que le 14 janvier, l’organisation a dû fermer les inscriptions pour la course prévue le 9 mars!

«Si vous saviez le nombre de courriels que j’ai reçus de gens déçus de ne pouvoir s’inscrire. J’étais presque harcelé matin et soir chez nous, avoue-t-il en riant. J’avais commandé 210 dossards et je n’en avais même plus! J’avais averti les gens de s’inscrire rapidement, qu’ils allaient le regretter sinon. Il y en a 600 qui l’ont regretté!»

Cela dit, le président et son équipe ont été comblés avec la réception de quelque 400 messages de remerciements par courriel et Facebook. «C’était vraiment plaisant. Je n’ai pas eu un seul commentaire négatif. Les gens étaient heureux et contents et c’était mon objectif: que ce soit leur fête, car cette course leur appartient!»

Cap sur le 3000

Lorsqu’il a pris la présidence de l’événement en 2009, Mario Boily s’est donné pour mission de réaliser le rêve du fondateur P.H. Bergeron d’attirer 2000 coureurs. Ceci étant fait, il vise plus haut. «Les prochaines années vont orienter le 15 km des Pichous dans la cour des grands parce que je vise les 3000 inscrits.» Un objectif que M. Boily estime aisé à atteindre.

Pour l’instant, c’est le manque d’espace pour accueillir les participants une fois leur course/marche terminée qui constitue le plus gros obstacle pour la croissance de l’événement. Mais la dernière édition du Salon du vélo et de la course à pied lui a donné une piste de solution avec l’aménagement d’un prolongement à l’extérieur du bâtiment. «Actuellement, ce sont les infrastructures qui nous manquent. Même s’ils construisaient l’amphithéâtre (sur la zone ferroviaire), il faudrait que l’on se prenne trois ans à l’avance pour réserver l’endroit en raison du calendrier de la LHJMQ», déplore celui qui a encore de nombreux projets dans sa mire.

Dans la cour des grands

L’an prochain, le 15 km des Pichous obtiendra une reconnaissance prestigieuse, puisqu’elle joindra le circuit Coupe du Québec de la Fédération québécoise d’athlétisme. «La Fédération nous a demandé de joindre la Coupe du Québec dès cette année, mais c’était un délai trop court. Je n’avais plus de dossard ni de puce électronique et il aurait fallu que nous accueillions 125 personnes de plus. Nous avons donc reporté ça à l’an prochain, relate-t-il.

«Joindre ce circuit prestigieux va nous permettre d’attirer 150 coureurs de l’élite du Québec et ça va améliorer le niveau de performance. Normalement, le record devrait être battu. Cette année, j’aurais pu hausser la bourse à 5000 $ et l’ouvrir à l’international, mais je souhaite que le record reste au Québec.»

Parlant du fameux record de Philippe Laheurte (44mn21 en 1987), il aurait normalement dû tomber cette année, puisque le comité avait invité l’olympien Charles Philibert-Thiboutot. Ce dernier s’est malheureusement blessé quelques jours avant l’événement. Aussi déçu que l’organisation de ne pouvoir s’attaquer au record, Philibert-Thiboutot a promis d’être de la 51e édition.

+

EN BREF

• Un demi-siècle d’existence, ce n’est pas banal et c’est pourquoi Saguenay a entrepris des discussions avec l’organisation du 15 km des Pichous afin que l’événement fasse partie du patrimoine municipal.

• L’événement a vu le jour en 1965, lorsque l’organisation du défunt Carnaval-Souvenir avait demandé à P.H. Bergeron d’organiser une activité sportive. Pendant 15 ans, P.H. a présidé et jeté les bases de ce rendez-vous sportif. Puis, Jean-Claude Martel a pris le flambeau pendant 10 ans, suivi de Claude Reny, qui a lui aussi été président pendant 10 ans.

• «C’est Claude qui m’a demandé de prendre la relève. Nous étions dans le même club de course. Moi, j’avais commencé à courir en 1976. J’ai fait 22 marathons, mais je ne cours plus depuis huit ans en raison d’une hernie discale. J’adorais la course et c’est pourquoi je suis resté dans le milieu», raconte Mario Boily, qui a ainsi pu conserver de bons liens avec son monde en s’occupant du chronométrage et en prenant des photos d’action et d’ambiance.

• Après une décennie à la barre du comité du 15 km des Pichous, Mario Boily avait songé à laisser sa place l’automne dernier, mais P.H. Bergeron – à qui il est quasi impossible de dire non –, l’a convaincu de rester. «Je lui ai promis de rester au moins cinq ans et de battre son record de 15 ans à la présidence.»

• Ses photos font sensation. «J’ai 125 000 photos sur mon site et je suis rendu à 45 millions de ‘‘clics’’ sur les photos. C’est du monde et c’est juste au Saguenay–Lac-Saint-Jean! Plusieurs coureurs me disent qu’ils préfèrent aller voir les photos que les résultats», lance-t-il avec un brin de fierté.

• Outre M. Boily, le comité organisateur du 15 km des Pichous est composé d’Antonin Boivin, Diane Blanchette, André Rancourt, Audrey Deschesne, Rémi Girard, Claude Harvey, Conrad Boulay, Jacqueline Laurier, Pierre Bergeron et Julie Guay. 

• Le pire moment de l’histoire des Pichous s’est produit il y a trois ans, lorsque l’arche à l’arrivée s’est effondrée sur son camion et blessé une participante.«Si ça n’avait pas été de mon camion, je pense que la dame serait morte écrasée. D’ailleurs, j’ai réussi à avoir une commandite d’Arnold Chevrolet du fait que le camion GM avait sauvé une vie.»

• Le 15 km des Pichous «reste la course la moins dispendieuse qui offre le plus de services pour 35$» (repas chaud complet après l’événement, transport par autobus, certificats, bourses, etc.»...

• La médaille du 50e a tellement été populaire que l’organisme continuera de remettre des médailles à tous les participants l’an prochain...