Péribonka prête pour les touristes

Certes contraignante, la pandémie de COVID-19 n’est pas suffisante pour ternir le charme de la municipalité de Péribonka, qui se prépare, malgré tout, à accueillir des milliers de visiteurs cet été. Les mesures d’hygiène et de distanciation physique sont étendues aux quatre coins de la municipalité du Lac-Saint-Jean. Le Bistr’eau amorcera sa saison le 17 juin, alors que certains types d’hébergement qui se retrouvent au camping municipal seront accessibles dès le 19 juin.

La Corporation de soutien économique de Péribonka (COSEP), qui assure la gestion des infrastructures municipales que sont le camping, la marina, la navette nautique et le Bistr’eau, veille à la mise en place et au respect des directives émises par le gouvernement.

« On ne veut pas manquer le bateau. Notre but, c’est d’être une destination touristique. On ne laissera pas la COVID nous faire manquer le bateau. On voit que c’est possible. On le voit ailleurs. Je pense que c’est ensemble qu’on va s’assurer que le touriste ait une belle expérience au Saguenay–Lac-Saint-Jean », mentionne la coordonnatrice du tourisme et des loisirs à la Corporation de soutien économique de Péribonka, Patricia Caouette.

Le succès est tout aussi indéniable à la marina de 45 emplacements saisonniers, qui affiche complet. À peine quelques espaces sont conservés pour des réservations quotidiennes.

Le tourisme est un élément non négligeable pour la municipalité de 500 habitants qui se retrouve à l’embouchure de la rivière Péribonka et du lac Saint-Jean. C’est un peu plus de 30 personnes, dont la plupart résident dans la localité, qui oeuvrent pour les quatre infrastructures récréotouristiques gérées par la COSEP.

Patricia Caouette souligne d’ailleurs l’importance de considérer les quatre éléments rattachés au tourisme du village vacances comme un seul.

« On gère ça comme un tout. Chaque élément est important dans son ensemble. S’il n’y avait pas de bistro, il y aurait peut-être moins d’achalandage au camping ou à la marina. Si on prend chaque élément séparément dans le budget, on se dirait qu’il faut en fermer un. On tient mordicus à voir tout ça de façon globale. Au final, on offre des services, tout en étant rentables », fait-elle valoir.

La COSEP

L’opération d’un restaurant à raison de trois mois par année représente le choix d’un service offert à la population plutôt qu’une source de revenus potentiels.

Mme Caouette mentionne que le bistro est apprécié et fréquenté autant par les citoyens, les villégiateurs que les touristes de passage dans la municipalité. Habituellement, les clients attendent impatiemment la fin du mois de mai afin de renouer avec leurs habitudes au Bistr’eau. Ils profitent de la terrasse ou dégustent une poutine cuisinée avec des pommes de terre cultivées à Péribonka.

La clientèle du camping provient à 65% du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Pandémie oblige, c’est avec un horaire réduit que le bistro amorcera sa saison, soit du mercredi au dimanche, de 11 h à 19 h. L’ouverture « prudente » pourra être revue en fonction de l’achalandage.

L’actuelle pandémie n’a pas réduit la popularité du camping municipal de Péribonka. La liste d’attente contient les noms d’une soixantaine d’amateurs, alors qu’à peine un ou deux emplacements saisonniers sont libérés chaque année.

« Les réservations sont quand même encourageantes. Les gens, j’ai l’impression, ont hâte de sortir de chez eux. Le 27 mai, j’ai commencé à recevoir des appels une demi-heure après l’annonce », souligne Patricia Caouette.

L’unique ombre au tableau en cette ère de pandémie réside dans le fait que la navette nautique, qui a accueilli 4000 passagers l’an dernier, ne pourra amorcer sa saison comme prévu, aux alentours du 20 juin. Le ponton, qui peut accueillir jusqu’à 12 passagers et qui assure le transport entre l’île Boulianne et la pointe Chevrette, qui font partie du parc national de la Pointe-Taillon, doit se plier aux décisions de Transports Canada. Les actuelles prévisions font état d’un début de saison pour la navette qui accueille des cyclistes, des piétons et des campeurs après le 1er juillet.

 +

LA COVID-19 OBLIGE PLUSIEURS MODIFICATIONS

Le nouveau coronavirus complique, à la veille d’une nouvelle saison touristique, le travail de la trentaine d’employés qui oeuvrent au sein des quatre infrastructures de la Corporation de soutien économique de Péribonka (COSEP). 

L’ouverture du camping, de la marina et du Bistr’eau est possible, avec quelques jours de retard, grâce à une kyrielle de mesures sanitaires.

En plus des mesures sanitaires et de distanciation physique, l’actuelle crise force la fermeture de certains services et des modifications pour d’autres. 

La location d’hébergement prêt-à-camper est grandement chamboulée par les mesures de sécurité entourant la pandémie. 

Les nuits de location dans ce type de tente doivent être précédées et suivies d’une nuit sans clientèle. Il en va de même pour la location de chalet faite par des groupes de cinq personnes et plus.

« Si une personne loue la nuit du vendredi, nous devons bloquer du jeudi au vendredi et du samedi au dimanche », précise Patricia Caouette, coordonnatrice du tourisme et des loisirs à la Corporation de soutien économique de Péribonka. 

Au moment de la réservation, les employés doivent également valider auprès des clients s’ils résident tous à la même adresse.

Mesures sanitaires

Les mesures sanitaires à respecter modifieront également le travail d’entretien. Une période de latence de trois heures est recommandée avant que les employés puissent récupérer les draps de la clientèle. La Corporation de soutien économique de Péribonka a même fait fabriquer des housses afin de faciliter le nettoyage de matelas qui se retrouvent au sein des différents types hébergements. 

L’accès aux salles de bain de la marina sera, pour cette saison, réservé aux membres. 

Ainsi, des toilettes portables seront placées en bordure de la route 169 afin de tout de même offrir le service aux cyclistes qui empruntent la Véloroute des Bleuets. La mesure vise également à éviter les longues files d’attente dans l’unique dépanneur du village.

Le sort de la piscine accessible tant par la population de Péribonka que pour les visiteurs du camping municipal est encore à définir. 

Enfin, Mme Caouette indique qu’une décision sera prise à ce sujet, au cours des prochaines semaines, et ce, après l’étude des directives émises prochainement par le gouvernement.