Les élus de Péribonka projettent la construction d’un nouvel hôtel de ville aux côtés de l’église qui serait convertie pour recevoir le Musée Louis-Hémon.

Péribonka lance un premier appel d’offres

Le projet de la municipalité de Péribonka pour la construction d’une nouvelle caserne de pompiers et d’un nouvel hôtel de ville se poursuit. Le projet désigné comme étant Espace Péribonka, dans lequel seraient déménagés les bureaux administratifs du Musée Louis-Hémon et le déménagement de la collection dans l’église, fait l’objet d’un appel d’offres pour l’obtention de services professionnels en architecture et ingénierie.

Conseillère municipale à Péribonka, Guylaine Proulx, l’ex-directrice générale du Cégep de Jonquière devenue citoyenne à Péribonka, a confirmé que la démarche vise à qualifier les projets d’hôtel de ville et de caserne de pompiers dans le cadre du programme Réfection et construction des infrastructures municipales (RÉCIM) parrainé par le ministère des Affaires municipales du Québec.

Ce programme offert en plusieurs volets a pour but de permettre aux municipalités de réaliser des projets de construction, de mise aux normes, de réhabilitation ou de conversion, d’agrandissement ou de réfection d’infrastructures municipales afin d’assurer la pérennité des services aux citoyens.

En entrevue, Mme Proulx a déclaré que l’édifice municipal actuel a fait l’objet d’un rapport d’inspection ayant démontré que la salle du conseil souffre d’une grande désuétude et qu’il est périlleux d’y recevoir plus de 25 citoyens. « Nous avons déposé notre projet à partir des plans présentés par l’architecte Léo Lapointe dans le cadre de la première étape du RÉCIM. On nous dit que nous sommes qualifiés. On doit fournir des plans plus précis afin d’arriver à déterminer les budgets nécessaires », affirme-t-elle.

La proposition pour Espace Péribonka prévoit l’aménagement d’un espace de 984 mètres carrés pour le volet municipal et de 395 mètres carrés pour le volet muséal. Le coût estimé se situe présentement à 3,2 M $.

Caserne

L’autre projet dans les cartons admissible au RÉCIM concerne l’aménagement d’une nouvelle caserne de pompiers appelée à desservir Péribonka et les municipalités environnantes. Mme Proulx affirme que les élus ont analysé la possibilité de convertir l’hôtel de ville actuel en caserne, sauf qu’il en coûterait 1,3 M $ pour procéder aux travaux. Péribonka a été désignée pour couvrir le nord de la MRC et abriter les équipements de sauvetage d’urgence comme un bateau pneumatique et d’autres équipements maritimes.

La première analyse a permis de constater que Saint-Prime a réalisé une caserne complètement neuve au prix de 850 000 $. « On a demandé d’acheter les plans de leur caserne pour construire au même coût », explique la conseillère. Il s’agit du deuxième projet admissible au RÉCIM.

Mme Proulx a indiqué que le projet global de 3,2 M $ recevrait un appui financier au niveau local puisque le conseil municipal a prévu une somme de 1,8 M $ sous forme de règlement d’emprunt.

Le musée à l’église

Derrière le projet d’Espace Péribonka qui abriterait les locaux administratifs du Musée Louis-Hémon, les élus souhaitent relancer l’institution afin d’attirer plus de visiteurs. La collection serait transportée à l’église voisine. « Le Musée Louis Hémon n’a pas assez de visiteurs. Si c’était au cœur du village avec la présence de la piste cyclable et de nombreux touristes, on croit qu’on pourrait pérenniser le musée ».

Étant donné que toutes les ficelles ne sont pas attachées, Mme Proulx préfère attendre les nouveaux développements dans ce projet.