Quelque 200 personnes attendaient à l’intérieur du pavillon des croisières, à La Baie, avant 8h, heure du début de la prévente des emplacements de pêche blanche pour la prochaine saison, sur le site de l’Anse-à-Benjamin.

Pêche blanche: 75% des emplacements réservés à l’Anse-à-Benjamin

Près des trois quarts des emplacements de cabanes du site de pêche blanche de l’Anse-à-Benjamin ont été réservés samedi lors de la prévente qui a été plus populaire que l’an dernier.

Quelque 200 pêcheurs attendaient déjà tôt samedi matin afin de pouvoir choisir l’emplacement de leur cabane sur les glaces de la baie des Ha! Ha! lors de la prévente, qui avait lieu de 8h à 13h au pavillon des croisières de La Baie.

Le Baieriverain Jean-Paul Desbiens, qui a attendu près d’une semaine à l’extérieur, a été le premier à faire son choix, sous les applaudissements des pêcheurs.

«Je crois que tout le monde le connaît!», a lancé Diane Simard, directrice de la pêche blanche pour Contact Nature, lorsqu’elle a appelé le détenteur du billet numéro 1 au micro, sur le coup de 8h.

Les pêcheurs rassemblés pour la prévente dans le pavillon des croisières l’ont applaudi, alors qu’il se dirigeait vers la grande carte du site installée à l’avant. M. Desbiens a posé son choix sur la rue de l’Anguille, mettant la main sur deux emplacements de location. «L’éperlan mord plus. Dans ce secteur, il y a un ruisseau, et c’est meilleur pour l’éperlan», a résumé le mordu de pêche, en entrevue avec Le Quotidien.

Les pêcheurs, aux traits tirés pour plusieurs et habillés chaudement, se sont ensuite succédé devant la carte pour y faire placer une croix sur l’emplacement désiré parmi les 400 emplacements disponibles sur le site. Ils étaient nombreux à avoir attendu devant le pavillon depuis le milieu de la nuit, avant que les portes ne soient ouvertes à 6h.

Après près d’une semaine d’attente devant le pavillon des croisières de La Baie, Jean-Paul Desbiens a pu être le premier à choisir l’emplacement de sa cabane de pêche, samedi matin.

«Un défi»

Sur place depuis samedi dernier, Jean-Paul Desbiens se portait bien, après 156 heures d’attente, deux tremblements de terre et des nuits pendant lesquelles le mercure atteignait les -15 degrés Celsius. «On n’a pas senti les tremblements de terre, mais on a senti la température pas mal!», a-t-il laissé tomber.

«Il y a des grands bout seul, a-t-il ajouté. Je dormais dans l’auto, j’avais ma tablette – parce qu’ici le WiFi est gratuit [devant le pavillon] – et on écoutait la radio.» Le retraité a passé les derniers jours d’attente en compagnie de deux amis, un groupe qui se surnomme affectueusement «les trois mousquetaires».

Habitué d’attendre à l’extérieur pour mettre la main sur l’emplacement de son choix depuis quelques années, jamais Jean-Paul Desbiens n’avait cependant attendu près d’une semaine pour réserver sa location.

«C’était un peu un défi. Moi je veux que ça se fasse par ordinateur, c’est un peu pour ça, je fais exprès», mentionne le retraité qui estime qu’un système de réservation entièrement en ligne serait plus équitable.

Les pêcheurs choisissaient leur espace de location pour l’emplacement de leur cabane, samedi matin.

Une option évaluée

Marc-André Galbrand, directeur général de Contact Nature, l’organisme mandaté par Saguenay pour assurer la totalité de la gestion des sites de pêche blanche depuis la saison 2019, a indiqué que cette option était évaluée.

«Lors de l’assemblée de pêche blanche, on en a parlé. Ce n’était pas encore tout à fait unanime, mais c’est certainement quelque chose qu’on peut faire, si les gens souhaitent aller de l’avant avec la réservation en ligne, au lieu de la prévente.»

À l’heure actuelle, la réservation en ligne est disponible dans les jours qui suivent la prévente au pavillon des croisières. Elle débute cette année le 20 novembre.

Marc-André Galbrand, directeur général de Contact Nature, Dany Tremblay, président, Marc Boily, bénévole du comité de pêche blanche, et Robin Tremblay, vice-président de l’organisme, prenaient part à l’organisation de la journée de prévente.

Une augmentation

Au terme de la prévente pour le site de l’Anse-à-Benjamin samedi, 295 emplacements avaient été réservés, comparativement à 240, l’an dernier, a indiqué M. Galbrand.

Le directeur général se réjouissait du nombre de pêcheurs présents samedi. «On sent l’engouement qui est là», a-t-il souligné. Il attribue cette popularité aux changements apportés lors de la dernière saison et à l’expérience positive vécue par plusieurs pêcheurs.

La prévente pour le site de pêche blanche de Grande-Baie, qui compte également quelque 400 emplacements, a lieu dimanche, de 8h à 13h, au pavillon des croisières.