Patsy Noël, créatrice du Comité Enfaim, a été nommée femme d’exception du Salon de la femme.

Patsy Noël récompensée

Les nombreuses heures de bénévolat de Patsy Noël ont été mises à l’avant-plan, vendredi soir. À l’occasion du lancement du Salon de la femme, à l’hôtel Delta de Jonquière, la créatrice du Comité Enfaim a été nommée femme d’exception de cette sixième édition.

L’éducatrice au Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et en troubles envahissants du développement du Saguenay-Lac-Saint-Jean (CRDITED) a reçu une belle dose d’amour, devant plusieurs centaines de personnes présentes pour la première soirée du salon. Une tape dans le dos qui fait le plus grand bien pour celle qui ne compte pas ses heures de bénévolat.

« C’est vraiment une récompense pour moi, a partagé Patsy Noël. C’est du bénévolat et je me dis que lorsque tu persévères, tu finis par être payé un jour ou l’autre. Les gens me disent souvent que je donne trop de mon temps, mais je me rends compte que ça commence à aboutir. »

Fondé il y a 15 ans par Patsy Noël, le Comité Enfaim, un organisme sans but lucratif, vient en aide aux personnes qui souffrent de troubles alimentaires. Le service est gratuit et des programmes d’aide personnalisés, individuels ou en groupes, sont au nombre des possibilités.

Les spectateurs étaient déjà nombreux pour la première soirée du Salon de la femme, vendredi soir, à l’hôtel Delta.

La lauréate était en lice avec trois autres femmes, soit Audrey Gamache, Hélène Tremblay et Justine Elsiger.

« Les finalistes ressentent la reconnaissance et pour elles, c’est vraiment important, a mentionné la copromotrice du Salon de la femme, Maryse Delagrave. Ça permet de mettre en valeur des gens qui ne sont pas sous les réflecteurs dans la vie de tous les jours. On a toujours des candidates de qualité et c’est important de dire que ce n’est pas un concours de popularité. On voit des femmes qui s’impliquent dans la communauté et qui changent quelque chose dans la vie des gens dans différentes sphères. »

Promotrice de l’événement en compagnie de Valérie Giroux, Maryse Delagrave a fait savoir que les 120 exposants représentaient un record. À un point tel que les organisateurs étudient toutes les options en vue de la prochaine édition, car l’espace offert au Delta est bientôt exploité à son maximum.

« Nos exposants remarquent que leurs produits sont populaires et les gens viennent pour acheter, comparativement à ce qu’on peut voir dans les plus gros salons à travers le Québec, a observé Mme Delagrave. Avec l’arrivée du printemps, on dirait que toutes les planètes sont alignées pour obtenir un succès. On dirait que les femmes ont le goût de dépenser ! Il faut dire qu’on a des exposants de qualité. On laisse également une grande place aux artisans. »

La peintre ANNLO est au nombre des 120 exposants présents au Salon de la femme.

Malgré le nom, le Salon de la femme accueille un nombre grandissant d’hommes, d’année en année. « Les hommes se laissent tenter et ils apprécient, a fait valoir la promotrice. Il va même falloir réfléchir sur la question. »

Chaque année, le Salon de la femme accueille environ 8000 visiteurs.