La position de Claude Patry va à l'encontre de celle de son ancien parti.

Patry fait circuler une pétition

L'ex-député fédéral de Jonquière-Alma, Claude Patry, fait circuler une pétition pour contrer l'implantation d'un registre québécois des armes à feu.
L'ancien politicien et syndicaliste possède lui-même des armes et fait partie d'un club de tir. Il se sent directement interpellé par le projet de loi 64 et veut tout faire pour le contrer.
Il participera d'ailleurs à une manifestation «anti-registre» à Québec le 24 janvier prochain et dit avoir échangé avec la députée indépendante d'Arthabaska, Sylvie Roy, qui est contre l'implantation des mesures proposées. «On veut qu'il y ait un vrai débat et une commission parlementaire. En ce moment, c'est un faux débat parce que quand tu achètes une arme, elle doit être automatiquement enregistrée. Une arme à feu, ce n'est pas dangereux. Tout dépend de la personne qui la manipule», mentionne Claude Patry, un adepte de chasse et de tir sportif. L'ex-politicien espère que les membres des associations de chasse et de pêche signeront la pétition et invite les citoyens mécontents du projet de loi à écrire à leur député.
Contre son ancien parti
Le Bloc québécois, l'ancien parti de Claude Patry, s'était vivement opposé à l'abandon du registre fédéral des armes d'épaule. Dans un communiqué publié en mars 2015, le Bloc avait qualifié de «véritable affront» le refus d'Ottawa de remettre les données provinciales du registre au gouvernement du Québec.