Pas question d’isoler Mashteuiatsh

Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
La limitation de l’accès à la communauté autochtone de Mashteuiatsh en raison de la propagation de la COVID-19 n’est pas une mesure envisagée, pour le moment, par les autorités. Les interventions sont plus draconiennes dans d’autres Premières nations du Canada alors que certaines ont limité les déplacements de leurs membres et même interdit l’accès aux personnes n’y résident pas.

Dans la même veine, le Conseil des Atikamekw d’Opitciwan contrôlera l’accès à son territoire jusqu’au 13 avril. Une résolution limitant les déplacements de ses membres a été adoptée, mardi, dans le but de protéger la communauté. La grande majorité des déplacements faits en dehors de la communauté devront être autorisés. L’accès à la communauté est également interdit pendant cette même période.

« Je sais qu’il y a beaucoup de préoccupations sur les allées et venues dans la communauté. Présentement, il n’est pas question qu’on ferme la communauté. Pour nous, c’est important. Il y a des gens qui doivent aller à l’extérieur. On est géographiquement parlant très près de nos voisins. Ce n’est pas la même réalité dans les autres communautés. Ils vivent d’autres réalités sociales. C’est important de ne pas se comparer », a mentionné, mercredi en fin de journée, le Chef de la Première Nation des Pekuakamiulnuatsh, Clifford Moar.

Le représentant de Pekuakamiulnuatsh Takuhikan qui s’exprimait dans une vidéo a assuré être au fait des préoccupations de la communauté à qui il a demandé de faire preuve de confiance.

L’évolution de la pandémie de la COVID-19 continue d’être suivie de près par l’équipe d’urgence de la communauté de Mastheuiatsh. Les effectifs ont d’ailleurs été augmentés à la Sécurité publique. Les patrouilles de surveillance sont plus fréquentes alors que des interventions préventives sont faites. « On concentre les activités de nos infirmières et policiers au bon endroit », a ajouté Clifford Moar.

L’équipe d’urgence assure être à l’écoute de toutes nouvelles directives annoncées par le conseil des élus ainsi que par les deux paliers de gouvernement.