Richard Martel a été réélu dans Chicoutimi-Le Fjord à la suite d’une chaude lutte.

«Pas la meilleure campagne», dit Martel à propos de son chef

Ayant résisté de justesse à la bloquiste Valérie Tremblay dans Chicoutimi-Le Fjord, le député du Parti conservateur Richard Martel place une partie du blâme sur la campagne menée au Québec par Andrew Scheer, même s’il dit garder confiance en son chef.

En entrevue à la radio de Radio-Canada mardi matin, l’ancien entraîneur-chef des Saguenéens dans la LHJMQ a d’abord salué la campagne menée par le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet.

« Il y a eu la bonne campagne de M. Blanchet, on ne peut pas se le cacher, comparativement à nos chefs à nous », a d’abord répondu le député, bien connu pour son franc-parler, au micro de l’émission C’est jamais pareil animée par Frédéric Tremblay.

Par la suite, il a été interrogé directement sur la campagne d’Andrew Scheer. « Je pense que ce n’est pas la meilleure campagne qu’il a faite. On l’a tous vu, au Québec. Même lui, je pense qu’un peu en retrait il va être capable de le prévoir. Ce qui va arriver, on s’en va dans un gouvernement minoritaire, il y a un vote aussi au niveau de la constitution du parti qui va avoir lieu. Alors, on va voir ce qu’il en est », a-t-il poursuivi, laissant alors planer des doutes sur le leadership d’Andrew Scheer.

Toutefois, contacté en soirée, son directeur de bureau, Marc-Olivier Fortin, a assuré que Richard Martel gardait pleine confiance en Andrew Scheer.

Au Québec, les conservateurs ont fait élire 10 députés contre 32 pour les bloquistes.

Lundi soir, Richard Martel a été élu avec 36,7 % du vote contre 35,2 % pour Valérie Tremblay, récoltant 15 862 votes contre 15 248. Il amorcera un second mandat, lui qui a été élu la première fois le 18 juin 2018 à la suite de la démission du député libéral Denis Lemieux.