Le projet d'agrandissement du Centre de villégiature Dam-en-Terre à Alma comporte cinq phases.

Pas d'opposition pour l'agrandissement du site de la dam-en-terre

Le projet d'agrandissement de la marina du Centre de villégiature Dam-en-Terre à Alma a fait un pas de plus vers sa concrétisation, mardi soir, avec la tenue d'une séance d'information du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE). Aucun citoyen ne s'est soulevé contre le projet évalué à trois millions de dollars.
Après la présentation de l'étude d'impact d'un peu moins d'une heure à l'hôtel de ville d'Alma, animée par la directrice générale de la Dam-en-Terre, Virginie Brisson, et du chargé de projet chez la firme WSP, Jean Lavoie, les citoyens étaient invités à poser des questions et émettre des commentaires. Un seul parmi la quinzaine s'est levé et c'était surtout pour poser une question sans grande conséquence.
Si les prochaines étapes se déroulent dans l'ordre, le début de la construction est prévu à l'automne 2017. La première saison complète d'activités devrait avoir lieu dès le mois de mai 2018. Les premiers appels d'offres devraient être lancés au printemps. Entre-temps, le BAPE déposera son rapport en lien avec la présentation de mardi soir.
Le projet comporte cinq phases : le déplacement du quai du bateau La Tournée, l'ajout de 54 emplacements pour des bateaux de plaisance, le remplacement du quai à essence, le démantèlement de la capitainerie et la construction d'une nouvelle, et finalement, le réaménagement des 90 emplacements déjà existants.
« Avec les mesures d'atténuation qu'on présente, la rivière n'aura jamais été aussi sécuritaire, même si un projet d'agrandissement amène une augmentation du trafic maritime, a mis en contexte Virginie Brisson. Les mesures qui sont en place dans l'étude d'impact et celles proposées par la ville d'Alma et ses partenaires vont vraiment sécuriser la pratique nautique. Depuis le départ, on n'a jamais senti que c'était un projet problématique dans le milieu. On se prépare à chaque éventualité, mais j'aurais été très surprise s'il y avait eu une montée aux barricades. »
Le Centre de villégiature Dam-en-Terre à Alma, qui est un organisme à but non lucratif, est le promoteur du projet.