Pas d’inquiétude à la CS du Lac-Saint-Jean

La présidente de la Commission scolaire du Lac-Saint-Jean, Roxanne Thibeault, n’est guère inquiète du projet de loi qui sera déposé à l’Assemblée nationale, cet automne, afin de réduire la taxe scolaire.

Selon elle, il n’y a aucune raison de s’inquiéter tant que les promesses budgétaires du gouvernement caquiste seront respectées et que le service à l’élève ne sera pas touché.

« C’est une belle nouvelle pour les citoyens. On nous a promis le même budget. La péréquation sera ajustée en conséquence », a-t-elle expliqué. 

L’annonce du gouvernement de François Legault représente une baisse du montant de taxe scolaire de près du deux tiers à l’échelle régionale et d’une somme de 700 millions$ à l’échelle provinciale.

La Commission scolaire du Lac-Saint-Jean, comme plusieurs autres au Québec, reçoit de la péréquation puisque la richesse immobilière du milieu n’est pas assez élevée. 

+

RIVES-DU-SAGUENAY : DES NÉGOS POUR COMBLER LE MANQUE 

(Denis Villeneuve) — L’intention du gouvernement Legault d’abaisser la taxe scolaire à 10 cents du 100 $ d’évaluation d’ici quatre ans nécessitera des négociations avec les commissions scolaires afin de trouver une façon de pallier au manque à gagner qui en découlera.

Selon les chiffres fournis par la présidente de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Liz S. Gagné, la taxe scolaire représente 27,2 M$ dans les coffres, soit 15 % des revenus de l’institution. 

L’abaissement du taux de taxe, de 30,7 cents à 10 cents du 100 $ d’ici quatre ans, représentera un manque à gagner de 17,7 M$. 

« Si on veut conserver le même financement qu’actuellement, il faudra que le gouvernement ajuste le niveau de péréquation. Si on ne va pas chercher l’argent avec la taxe, il devra aller le chercher avec les impôts », déclare-t-elle. Denis Villeneuve

+

DES COMMENTAIRES PLUS TARD

(Stéphane Bégin) — Le président de la Commission scolaire De La Jonquière, Éric Bergeron, n’a pas eu le temps d’analyser le projet de loi qu’entend déposer le gouvernement de François Legault et ne peut pas le commenter pour l’instant. Même chose du côté de la CS du Pays-des-Bleuets, qui préfère analyser les chiffres avant de se prononcer.