Depuis un mois, 49 constats d’infraction ont été remis à Saguenay, concernant les mesures de distanciation. De ce nombre, certains ont été remis à des couples, dont les deux personnes ne vivent pas à la même adresse.
Depuis un mois, 49 constats d’infraction ont été remis à Saguenay, concernant les mesures de distanciation. De ce nombre, certains ont été remis à des couples, dont les deux personnes ne vivent pas à la même adresse.

Pas d’exception pour les couples, sauf que...

Patricia Rainville
Patricia Rainville
Le Quotidien
Depuis que les corps policiers sont en droit de remettre des constats d’infraction aux récalcitrants qui ne respectent pas les consignes de distanciation, une question revient régulièrement sur les lèvres de plusieurs. Qu’en est-il des couples qui ne résident pas à la même adresse ? La réponse est simple, indique le porte-parole du Service de police de Saguenay, Bruno Cormier. Ils n’ont tout simplement pas le droit de se visiter.

Depuis un mois, les policiers de Saguenay ont remis 49 constats d’infraction à ceux et celles qui ne respectaient pas les consignes de distanciation ordonnées par le gouvernement du Québec pour freiner la propagation de la COVID-19. Parmi ces constats, certains ont été remis à des membres d’un couple, mais qui ne résident pas au même endroit.

«La loi est claire. Ils n’ont pas le droit. N’importe qui qui ne réside pas à une même adresse ne peut être présent dans une résidence. Sauf si c’est pour des motifs humanitaires, par exemple quelqu’un qui vient en aide à une autre personne», explique Bruno Cormier.

Toutefois, les policiers peuvent faire preuve de souplesse, en commençant par avertir les personnes appréhendées. Si les policiers de Saguenay ont remis jusqu’à maintenant 49 constats, ils ont effectué des centaines d’interventions. «Nous prenons toutes les adresses de nos déplacements en note et c’est certain que lorsqu’on se déplace plus d’une fois au même endroit, ce qui est arrivé à plus d’une reprise, un constat sera remis», souligne Bruno Cormier.

Il existe toutefois un petit flou dans la loi, note le porte-parole du SPS. «Les moyens de transport sont en exception dans la loi. C’est donc dire que deux personnes ne vivant pas à la même adresse peuvent se déplacer en voiture ensemble. Mais ils doivent le plus possible respecter les deux mètres, donc un assis à l’avant et l’autre à l’arrière, par exemple», souligne Bruno Cormier.